Accéder au contenu principal
Dans la presse

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

France 24

A la Une de la presse, ce mardi 19 juin, les réactions au durcissement de la politique migratoire aux Etats-Unis, où près de 2000 enfants se retrouvent séparés de leurs parents sans-papiers. L’ingérence de Donald Trump dans la politique allemande. La victoire de l’Angleterre face à la Tunisie en Coupe du monde. Et des chaussures étonnantes.

Publicité

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la une de la presse, ce matin, les réactions à la politique de l’Administration Trump pour lutter contre l’immigration clandestine.

 

Cette politique dite de «tolérance zéro» a conduit à la séparation de près de 2000 enfants de leurs parents sans-papiers, d’après l’administration américaine. «Des enfants migrants séparés de leurs parents et placés dans des cages», s’indigne la version française du Huffington Post, qui parle d’enfants pris en otage dans cette crise - à laquelle le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a réagi en dénonçant hier une politique «inadmissible» et «cruelle». «Si nous sommes forcés de séparer des familles à la frontière, c'est la faute des démocrates qui bloquent les mesures qui s'imposent » pour lutter contre l’immigration illégale», a répondu en substance Donald Trump, que les démocrates accusent, de leur côté, de faire preuve d’inhumanité. Ils lui demandentà présent de prendre réellement la mesure de la gravité de cette situation, en se rendant sur place lui-même. «Si le président avait un cœur, comment pourrait-il laisser cela arriver?», a notamment interpellé un élu démocrate, cité par la version américaine du Huffington Post.

 

Le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, a invoqué la Bible pour défendre cette politique de «tolérance zéro» à l’égard des migrants. C’est à cette déclaration que fait référence Andy Marlette, dont le dessin est publié par USA Today - un dessin où l’on voit Sessions se demandant «quel verset de la Bible explique le mieux la politique de l’Administration Trump, consistant à arracher les enfants à leurs parents à la frontière américaine». «Et Jésus pleura», lui répond Marlette. Une politique effectivement pas très catholique, selon Kevin Siers, dont on a trouvé le dessin sur Twitter, où Jeff Sessions, toujours, apparaît aux côtés de Donald Trump en costume de mafieux, envoyant cette lettre anonyme: «si vous voulez revoir vos enfants, accusez un démocrate». Dans le dessin de Bill Bramhall pour The New York Daily News, le client d’un bar se dit qu’il est lui aussi «favorable à ce qu’on sépare un enfant d’un parent…. à condition qu’il s’agisse de Donald Trump et de sa fille, Ivanka».

 

Donald Trump s’est justifié hier en critiquant la politique migratoire d’Angela Merkel. Dans l’un de ses fameux Tweets, le président américain a expliqué que «le peuple allemand se retourne contre ses dirigeants alors que l’immigration secoue la coalition déjà fragile de Berlin». Des propos aussitôt partagés par l’extrême-droite allemande, selon The Financial Times. «Trump se déchaîne contre Merkel», titre le quotidien britannique – qui montre les deux dirigeants l’un à côté de l’autre, le visage fermé, au dernier sommet du G7. Une photo semblable à celle qu’a choisie Der Tagesspiegel pour critiquer «l’ingérence» du président américain sur Twitter. Le journal allemand revient sur les difficultés rencontrées par la chancelière pour «désamorcer la crise» avec ses partenaires de la CSU – qui ont accepté de lui accorder un répit, jusqu’au Conseil européen des 28 et 29 juin, pour régler la question des demandeurs d’asile en Allemagne.

 

C’est donc une chancelière sous pression, qui reçoit aujourd’hui Emmanuel Macron, pour parler, notamment, d’asile et d’immigration. D’après Le Figaro, tous deux devraient afficher un «front commun» sur cette question, et affirmer que la seule réponse possible ne pourra être décidée qu'au niveau européen. Mais une semaine à peine après l’affaire de l’Aquarius, qui a mis au jour les divisions européennes, la marge de manœuvre d’Angela Merkel apparaît très réduite. Et il n’est pas certain que celle dont dispose Emmanuel Macron soit très large non plus, comme en témoigne ce sondage du Figaro, qui affirme qu’une majorité des Français, 56%, estiment que la France a fait le bon choix en n’accueillant pas l’Aquarius.

 

Un mot de la Coupe du monde. Entrée dans la compétition, hier, de l’Angleterre, qui a battu la Tunisie 2 à 1. En marquant les deux buts de son équipe, dont un in extremis à la 91ème minute, le capitaine Harry Kane a «évité à l’Angleterre des débuts embarrassants», d’après L’Equipe. «Kane sauve la reine», salue le quotidien sportif. La joie et le soulagement de «Captain fantastic», fait la une, également, du Daily Mirror, qui parle d’un premier match “plein de suspense”. «I’m buzzing!», titre The Sun, avec un jeu de mots qui fait référence à la fois à la joie d’Harry Kane… et aux bourdonnements des innombrables moustiques qui ont eux aussi assisté au match d’hier soir à Volgograd, à en croire le tabloïd, qui rapporte que des hordes de moustiques et autres moucherons ont envahi cette ville des bords de la Volga, malgré la diffusion d’insecticides par les autorités.

 

A celles qui préfèrent la mode au foot, ou qui souhaitent rester élégantes tout en gardant un petit côté sportif, je recommande, pour terminer, de jeter un cil au Huffington Post. Après la claquette-banane et la croc-chaussette, voici mesdames mesdemoiselles messieurs, sous vos yeux ébahis, l’escarpin-basket. Une chaussure de sport, mais avec des talons compensés, apparue sur les podiums de la fashion-week de Milan, qui s’est achevée hier. «C’est tellement moche que c’est beau», a commenté un internaute sur Twitter.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.