Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

SPORT

Mondial-2018 : réaliste, le Sénégal s’offre une bien triste Pologne

© Francisco Leong, AFP | Les Sénégalais ont parfaitement su gérer leurs temps forts dans cette rencontre.

Texte par Yann BUXEDA , envoyé spécial France 24 à à la Spartak Arena de Moscou (Russie).

Dernière modification : 19/06/2018

Vainqueur de la Pologne pour son entrée en lice, le Sénégal a parfaitement négocié son début de Coupe du monde 2018. Un succès d’autant plus significatif que les Lions sont les seuls à n’avoir pas perdu parmi les cinq sélections africaines en lice.

Au-delà de son propre destin, le Sénégal avait en mains la lourde tâche de redorer le blason d’une Afrique plus que moribonde depuis le coup d’envoi de la Coupe du monde 2018. Avant que les Lions de la Teranga n’entrent en lice, les premières rencontres avaient mis au tapis tous les représentants du continent : l’Égypte, le Maroc, le Nigeria et la Tunisie.

Les hommes d’Aliou Cissé, eux, ne sont pas tombés dans le piège d’une Pologne taillée pour le duel, avec trois joueurs seulement sous le mètre 80, mais également talentueuse avec dans ses rangs quelques pointures (Lewandowski, Milik…). Une formule qui n’a pas suffi à vaincre un Sénégal solide, inspiré, et qui a surtout beaucoup mieux exploité ses ballons offensifs et signé un succès convaincant (2-1).

Cionek pas verni

À défaut d’une possession de balle clairement abandonnée aux Européens, le Sénégal s’en est remis au talent de ses individualités, au premier rang desquelles Mané, à l’origine de l’ouverture du score des siens. Une réalisation pour le moins heureuse, puisque c’est Gueye, servi donc par l’attaquant de Liverpool, qui a vu sa tentative déviée par Cionek, avant qu’elle ne file dans les buts d’un Szczesny totalement pris à contrepied (1-0, 38e). Le seul véritable moment fort d’une première période techniquement pauvre, orpheline même du moindre tir cadré avant l’ouverture du score.

Dos au mur, la Pologne est revenue des vestiaires avec un peu plus d’envie, repoussant le bloc sénégalais plus bas encore qu’en première période. Un schéma qui leur a permis de flirter à deux reprises avec l’égalisation par Lewandowski (51e) puis Piszczek (56e), mais qui a surtout sonné le glas de leurs espoirs quelques instants plus tard.

Niang, l’opportuniste

Sur une remise pas assez appuyée de Krychowiak en retrait, Niang a intercepté le ballon avant que Szczesny ne puisse s’en saisir, et de signer le but du break dans un but vide, sous le regard médusé des milliers de Polonais qui avaient garni les travées (2-0, 61e).

De quoi sceller le sort de cette rencontre, malgré une réduction du score tardive de Krychowiak (2-1, 86e). Insuffisant, donc, pour bousculer un classement du groupe H qui réserve quelques surprises après la première journée. Car avec ce succès, les Lions de la Teranga rejoignent… le Japon, qui avait pris la tête de la poule quelques heures plus tôt en s’imposant face à une très décevante Colombie.

• Bonus : belle ambiance d'avant-match du côté des supporters sénégalais présents à Moscou !

Première publication : 19/06/2018

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : le Japon piège la Colombie de Falcao, rapidement réduite à 10

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : Égypte, Maroc, Tunisie... la malédiction des arrêts de jeu

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : l'Angleterre s'impose sur le fil face à la Tunisie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)