Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Découvertes

La Chine interdit l'ASMR, considéré comme "vulgaire et pornographique"

© ullstein bild/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 20/06/2018

Plusieurs plateformes chinoises ont déjà supprimé les contenus estampillés ASMR, une technique de relaxation basée sur la répétition de bruits spécifiques, sur ordre du gouvernement.

Cela fait déjà plusieurs années que l'Internet mondial a été envahi par une tendance assez particulière : l'ASMR, acronyme anglophone de Réponse automatique des méridiens sensoriels, est une technique de relaxation basée sur les chuchotements ou la répétition de petits bruits pour aider à l'endormissement. Ces vidéos sensorielles dans lesquelles le son est l'acteur principal se sont multipliées sur les réseaux à travers le monde entier. Mais elles ne font visiblement pas l'unanimité, puisque la Chine a décidé de l'éradiquer de ses plateformes il y a quelques jours.

VOIR AUSSI : Des Chinois se filment en train de croquer des glaçons en ASMR, parce que pourquoi pas

C'est le bureau chinois de lutte contre la pornographie qui a tranché, le 8 juin dernier. L'ASMR fera désormais partie de la catégorie des contenus "liés à la pornographie et à la vulgarité" et les plateformes de streaming du pays ont été incitées à "nettoyer leurs sites" afin de "protéger les mineurs de ces contenus néfastes", peut-on lire dans le rapport officiel du gouvernement. 

Une décision dont on peine à cerner les motivations, puisqu'aucun motif précis n'est mis en évidence dans le communiqué officiel. Néanmoins, trois des plus grandes plateformes de streaming du pays – Douyu, Youku et Bilibili – se sont déjà exécutées, et ont fait disparaître les vidéos concernées. 

Le cas de l'ASMR n'est qu'une prohibition parmi tant d'autres dans le pays. En avril dernier déjà, le réseau social chinois Weibo revenait sur sa décision de censurer les contenus homosexuels après une révolte massive des utilisateurs. Est-il probable qu'un soulèvement des fans d'ASMR fassent changer l'avis du gouvernement ?

Plusieurs internautes ont d'ores et déjà crié au scandale, comme le rapporte The Verge. Sur Weibo et ailleurs, les messages de protestation se multiplient. Certains se demandent "comment ils vont pouvoir s'endormir", l'ASMR étant utilisée à 82 % pour trouver le sommeil, comme le rapporte une étude menée en 2015 par des chercheurs anglais de la Swansea University. À voir si le gouvernement entendra ces réclamations. 

Queque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 20/06/2018