Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc - crise migratoire, la marine royale tire sur une embarcation de migrants : 1 mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

Le gouvernement gèle les comptes du prédicateur Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan

© AFP/Archives | L'islamologue suisse controversé Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, le 14 avril 2007 au Bourget, au nord de Paris

PARIS (AFP) - 

Le gouvernement français a décidé de geler les avoirs du prédicateur suisse Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, une mesure relevant de l'"affichage politique" selon l'intéressé.

Frère aîné de Tariq Ramadan, islamologue suisse incarcéré en France dans une affaire de viols, Hani Ramadan avait été expulsé de France vers la Suisse en avril 2017, après avoir fait l'objet d'une interdiction administrative.

Il avait été présenté par le ministère de l'Intérieur comme ayant "dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l'ordre public sur le sol français".

Selon l'arrêté publié dimanche au Journal officiel et révélé mardi par le mensuel Lyon Capitale, Hani Ramadan voit ses avoirs gelés pour une durée de six mois, dans le cadre d'un article du Code monétaire et financier visant "les personnes physiques ou morales, ou toute autre entité qui commettent, tentent de commettre, facilitent ou financent des actes de terrorisme, y incitent ou y participent".

Hani Ramadan, petit-fils de Hassan el-Banna, le fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, peut contester cette mesure dans "les deux mois à compter de sa notification", selon l'arrêté pris conjointement par Beauvau et Bercy.

"Décidément, les procédures qui visent à limiter ma liberté d'expression et d'action en France s'enfoncent dans le ridicule", a réagi dans la soirée le prédicateur sur son blog.

"Seul problème: je ne dispose d'aucun bien personnel en France, ni même d'aucune trace d'un quelconque compte bancaire gaulois!", a enchaîné le directeur du Centre islamique de Genève, dénonçant une mesure "parfaitement inutile" qui "relève d'un affichage politique".

Le texte réglementaire visant Hani Ramadan figure parmi une liste d'arrêtés comprenant 16 autres noms de ressortissants étrangers condamnés ou soupçonnés d'être en lien avec une organisation terroriste ou d'en faire la propagande.

En septembre 2002, Hani Ramadan avait fait scandale en défendant dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde l'application de la charia et la lapidation des femmes adultères. Il avait ensuite été licencié de son poste d'enseignant de français par le gouvernement genevois pour propos "contraires aux valeurs démocratiques et aux objectifs de l'école publique".

Sur sa note de blog publiée mardi soir, Hani Ramadan, connu pour son antisionisme virulent, estime que c'est le Premier ministre israélien "Benjamin Netanyahu qui devrait être interdit de séjour en France, et ce sont les comptes de l'Etat d'Israël qui devraient être bloqués, jusqu'à ce que ce pays se trouve dans l'obligation de respecter les Conventions de Genève et le droit international".

© 2018 AFP