Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

SPORT

Mondial-2018 : favoris en berne, stars en rodage... et quelques belles surprises

© Maddie Meyer, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2018

Des favoris décevants, des stars qui ne sont pas au rendez-vous, des scores étriqués… Les premiers matchs de la Coupe du monde 2018 ont livré leur lot d’enseignements, mais aussi de belles révélations et quelques surprises.

Les grandes stars du ballon rond sont toujours en rodage, alors que la phase de groupe du Mondial-2018 entame sa deuxième semaine. Enfin pas tous : le Portugais Cristiano Ronaldo a déjà illuminé le début de la Coupe du monde en signant un triplé retentissant face à l’Espagne (3-3), dans ce qui reste jusqu’ici le match le plus spectaculaire de la compétition. Un penalty, une frappe de l’extérieur de la surface et un coup-franc magistral dans les ultimes minutes de la partie, le Lusitanien a récité une partition digne des plus grands.

Des stars décevantes

De son côté, son rival de toujours, l’Argentin Lionel Messi est en panne, à l’instar de sa sélection, accrochée par l’Islande (1-1). Un penalty raté, plusieurs tentatives non cadrées… L’Albiceleste, en panne d’inspiration quand son joueur phare est en méforme, s’est mise dans de beaux draps alors qu’il lui reste encore à affronter la Croatie et le Nigéria.

Enfin, le Brésilien Neymar a plus fait parler de sa coupe de cheveux farfelue, dont il s’est finalement débarrassé, que par son rendement face à la Suisse, qui a tenu en échec la Seleçao (1-1). Très attendu après une longue absence à cause d’une fracture, l’attaquant du PSG, qui manque clairement de rythme, a multiplié les gri-gris sans peser sur la rencontre.

Dans le rayon des buteurs, le Polonais Robert Lewandowski, le Colombien Falcao et l’Uruguayen Luis Suarez sont restés totalement muets. Si les deux premiers n’ont pas eu énormément d’occasions d’ouvrir leur compteur, englués dans les défenses adverses, le compère de Messi au Barça a lui gâché plusieurs opportunités contre l’Égypte. Au cours du même match, remporté 1-0 par la Celeste, son acolyte Edinson Cavani, a manqué de chance, en voyant un coup-franc bien tiré finir sa course sur le poteau.

Très affûté, l’Espagnol Diego Costa a bien lancé son Mondial en inscrivant un doublé face au Portugal, champion d’Europe en titre, tout comme le Belge Romelu Lukaku, bourreau du Panama. Contre la Tunisie, l’impitoyable Harry Kane lui aussi inscrit deux buts décisifs qui ont offert une victoire étriquée à l’Angleterre (2-1), dans les arrêts de jeu. En surgissant comme à son habitude dans les moments cruciaux, le buteur en série de Tottenham est devenu le héros de tout un peuple.

Les Français Kylian Mbappé et Antoine Griezmann ont rendu une copie insuffisante contre l’Australie, que les Bleus ont laborieusement battu (2-1). S’il a obtenu et transformé un penalty, l’attaquant de l’Atletico Madrid s’est surtout illustré en apparaissant totalement perdu sur le terrain, au point d’être sorti en deuxième mi-temps par le sélectionneur Didier Deschamps. Accélérations foudroyantes, frappes dangereuses… le Parisien a lui commencé le match tambour battant, avant de s’éteindre petit à petit en deuxième période.

Des révelations

Comme de coutume, le talent de plusieurs joueurs, jeunes ou expérimentés, voire parfois méconnus, a éclaté au grand jour. À commencer par celui étincelant des Russes Aleksandr Golovin, métronome d'une "Sbornaia" retrouvée, et Denis Cheryshev (3 buts), qui ont dynamité les défenses saoudiennes et égyptiennes, et de l’ailier Mexicain Hirving Lozano, dont les raids répétés ont eu raison de l’Allemagne. C'est le cas aussi du gardien islandais Hannes Halldorsson, auteur de six arrêts lors du nul surprise contre l'Argentine, au cours duquel il a repoussé un penalty de Messi. Le Japonais Hiroki Sakai, latéral droit à l’OM, a répondu présent face à la Colombie, tandis que Lucas Hernandez a été l'un des rares Français à résister au défi physique imposé par les Australiens. Enfin, le Sénégalais Mbaye Niang, intenable et buteur face aux Polonais, a laissé entrevoir tout son potentiel.

L’Amérique du Sud et l'Afrique au ralenti

Toujours craintes par leurs adversaires, les sélections sud-américaines ont mal débuté leur Mondial, puisque seule l’Uruguay a remporté son premier match… dans les arrêts de jeu contre l’Égypte. Incapables de s’imposer, le Brésil et l’Argentine ont déçu, tandis que la Colombie, pourtant séduisante sur le papier, s’est décomposée face au Japon (1-2), et le Pérou pourtant dominateur contre le Danemark, a fini par s’incliner (0-1).

Plus généralement au rayon des favoris, l’ambiance est maussade, à l’instar des résultats de la Seleçao et de l’Albiceleste. L’Allemagne, championne du monde en titre s’est inclinée contre le Mexique (0-1), équipe surprise de ce début de compétition, dans un match épique à haute intensité. L’Espagne, malgré un Isco des grands jours, et le Portugal se sont neutralisés. Côté outsiders, la France, l’Angleterre, la Belgique et la Croatie ont fait le job, on prenant les 3 points d’entrée.

Le continent africain n’est pas à la fête non plus, dans une compétition où les victoires par un seul but d’écart, les penaltys et les csc sont légion. Seul le Sénégal a remporté son match, face à la Pologne (2-1), alors que toutes les autres nations africaines ont perdu leur première joute : le Maroc, le Nigeria, la Tunisie et l’Égypte de Mohamed Salah, qui, elle, est déjà quasiment éliminée avec deux défaites au compteur.

 

Première publication : 20/06/2018

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : réaliste, le Sénégal s’offre une bien triste Pologne

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : le Japon piège la Colombie de Falcao, rapidement réduite à 10

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : Égypte, Maroc, Tunisie... la malédiction des arrêts de jeu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)