Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Serons-nous la première génération à être en moins bonne santé à 40 ans que nos parents au même âge ?

© Pawel Libera/LightRocket via Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 20/06/2018

En plus d'être moins payée, la génération Y produit aussi des adultes plus soumis au risque de cancers, diabètes et problèmes cardiaques que ses aîné.e.s.

Vous êtes né.e.s entre les années 80 et l'an 2000 ? En plus de faire partie d'une génération qui connaît une panne de l'ascenseur social et un difficile accès à la propriété privé, sachez que vous avez aussi de grandes chances d'être en moins bonne forme à l'âge de 40 ans que vos parents au même âge.

VOIR AUSSI : On est maintenant adolescent jusqu'à 24 ans, selon des scientifiques

Selon une étude du think tank Health Foundation, la "génération Y" pourrait être la première à connaître un plus mauvais état de santé en "milieu de vie" – autrement dit autour de 40 ans – que celui de ses parents au même âge.

Stress et anxiété

Cancer, diabète, problèmes cardiaques... Aujourd'hui, les conditions de vie des jeunes de 20-30 ans pourraient les amener à connaître dans le futur plus de complications médicales que leurs aîné.e.s. En cause : le stress et l'anxiété liés à un niveau de vie moins élevé. En effet, les jeunes d'aujourd'hui sont aussi la première génération à gagner moins bien leur vie que leurs parents au même stade de la vie.

"Les jeunes sont aujourd'hui confrontés à des pressions très différentes de celles des générations précédentes", a commenté Jo Bibby, directeur de stratégie du think tank auteur de l'étude, qui cite également les rythme de vie effréné et manque de déconnexion numérique comme explications de la fatigue psychologique.

Au cours de l'enquête menée auprès de 2 000 personnes âgées de 22 à 26 ans, seulement 31% ont déclaré avoir de solides relations et des réseaux de soutien et 46% ont dit avoir suffisamment de soutien financier et familial.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 20/06/2018