Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Afrique

La révision des listes électorales boycottée par l'opposition ivoirienne

© France 24 | Image d'illustration.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/06/2018

Alors que la commission électorale (CEI) a entamé une opération de recensement dans tout le pays, une partie de l'opposition a appelé les Ivoiriens à ne pas se faire enrôler sur les listes électorales. Elle remet en cause l'indépendance de la CEI.

Au compte-goutte, les Ivoiriens viennent s'inscrire sur les listes électorales. Depuis le début de la semaine, une opération de recensement est organisée dans près de 10 500 bureaux de vote sur tout le territoire – contre 2 000 sites pour la précédente révision. Objectif : motiver les quelque 2 millions d'Ivoiriens en âge de voter à s'inscrire.

Mais cette opération est boycottée par une partie de l'opposition, et notamment par le Front populaire ivoirien (FPI), qui remet en cause l'indépendance de la commission électorale indépendante (CEI). Elle s'appuie sur une décision de la Cour africaine des droits de l'Homme, qui appelle à une réforme de cette CEI. "Prendre part à cette opération appellée par une institution illégale signifie se mettre en porte-à-faux avec la loi", a indiqué Boubacar Koné, secrétaire général par intérim du FPI.

"Acte politique"

La CEI rejette ces accusations qu'elle juge d'ordre politique. "Je demande quand même à tous les Ivoiriens, même s'ils sont fâchés, de venir s'inscrire sur les listes électorales, parce que c'est un acte politique, plus qu'administratif", affirme le deuxième vice-président Gervais Coulibaly-Delinpelna.

Les Ivoiriens ont jusqu'à dimanche pour s'enregistrer et avoir la possibilité de participer aux élections municipales d'octobre et au scrutin présidentiel de 2020.

Avec AFP

Première publication : 21/06/2018

  • CÔTE D'IVOIRE

    Côte d'Ivoire : le parti du président Ouattara place ses pions pour la présidentielle de 2020

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Pénurie d'eau sans précédent à Bouaké, deuxième ville de Côte d'Ivoire

    En savoir plus

  • AFRIQUE

    Face à la cybercriminalité, l'Afrique de l'Ouest s'organise sous la pression et avec l'aide de la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)