Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Maintien en prison du directeur d'Amnesty Turquie

© AFP/Archives | Un portrait du directeur d'Amnesty International Turquie Taner Kilic est accroché le 6 juin 2018 sur les grilles du Palais Brogniart à Paris

ISTANBUL (AFP) - 

Un tribunal d'Istanbul a ordonné jeudi le maintien en détention du directeur d'Amnesty International en Turquie, emprisonné depuis plus d'un an pour appartenance à une "organisation terroriste", en dépit des protestations des défenseurs des droits de l'homme.

Taner Kiliç est détenu depuis juin 2017 à Izmir (ouest). Il est accusé d'être lié au prédicateur turc exilé aux Etats-Unis Fethullah Gulen qui, selon Ankara, a fomenté la tentative de coup d'Etat en 2016. Fethullah Gulen dément ces accusations.

Le tribunal a décidé de "maintenir notre collègue Taner Kiliç, qui est injustement emprisonné depuis un an", a dénoncé Amnesty Turquie dans un communiqué.

"Tout montre qu'il est innocent... Cette injustice est inacceptable", ajoute le texte.

La prochaine audience est prévue pour le 7 novembre.

Taner Kiliç est l'un des journalistes et militants des droits de l'homme, au nombre de plusieurs dizaines, arrêtés lors de la répression qui a suivi la tentative de coup d'Etat et qui a touché, selon les critiques du gouvernement turc, non seulement les auteurs présumés de ce coup, mais aussi des opposants au président Recep Tayyip Erdogan.

Taner Kiliç risque jusqu'à 15 ans de prison. Amnesty considère les charges pesant sur lui comme "sans fondement".

"Nous sommes tous en état de choc", a commenté sur Twitter le secrétaire général d'Amnesty International, Salil Shetty, qui était présent au tribunal. Selon lui, la décision du tribunal constitue un "triste commentaire sur l'état de la justice" en Turquie.

© 2018 AFP