Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Le "plus important réseau de trafic de stupéfiants" de Marseille démantelé

© AFP/Archives | La cité de la castellane à Marseille, en avril 2016

MARSEILLE (AFP) - 

La police a démantelé "le plus important réseau de trafic de stupéfiants de Marseille", celui de la cité de la Castellane, dans les quartiers Nord, et huit personnes ont été écrouées, ont indiqué la police judiciaire et le parquet vendredi.

Lors d?un gros coup de filet lundi, pour lequel 250 policiers avaient été mobilisés, 20 personnes ont été arrêtées, a indiqué le Directeur interrégional de la police judiciaire Eric Arella, lors d'un point presse.

Il s'agit selon lui du premier point de vente de stupéfiants de la cité phocéenne.

La police a aussi saisi 200 kilos de résine de cannabis et 9 armes dont 2 kalachnikov, ainsi que 30.000 euros, une grenade et deux gilets pare-balles.

Parmi les 17 personnes -dont 3 femmes- finalement présentées au magistrat instructeur, du "gérant" au guetteur en passant par les "nourrices" (qui gardent la drogue), huit ont été mises en examen et placées en détention provisoire, pour "trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs, infraction à la législation sur les armes", selon le procureur de la République Xavier Tarabeux.

Le parquet avait requis la mise en examen de 13 personnes et a fait appel pour les cinq personnes non mises en examen.

Parmi les personnes écrouées figure une "tête de réseau", selon M. Arella.

Deux des interpellés faisaient l'objet d'un mandat d'arrêt après leur condamnation à 5 et 6 ans de prison le 12 décembre 2017 pour trafic de stupéfiants, selon M. Tarabeux.

© 2018 AFP