Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

EUROPE

Plus de 400 migrants secourus au large de l'Espagne

© Cristina Quicler, AFP | La Croix Rouge prend en charge des migrants le 21 juin à Jerez de la Frontera, dans le Sud de l'Espagne.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/06/2018

À la veille d'un mini-sommet de crise, prévu dimanche à Bruxelles sur la question de l'accueil des migrants, trois opérations menées samedi au large des côtes espagnoles ont permis de secourir 418 personnes.

Un total de 418 migrants ont été secourus, samedi 23 juin, au cours de trois opérations menées dans la matinée au large des côtes espagnoles par les services de sauvetage en mer, a annoncé sur Twitter l'organisme public Salvamento maritimo.

Entassées à bord de 15 embarcations, 262 personnes ont été prises en charge dans le détroit de Gibraltar et débarquées dans les ports de Tarifa et de Barbate, en Andalousie. Vingt-sept autres ont été secourues en Méditerranée entre le sud de l'Espagne et le nord du Maroc et 129 au large de l'île de Grande Canarie, dans l'océan Atlantique.

Ces sauvetages interviennent six jours après l'arrivée à Valence de l'Aquarius, qui avait secouru 629 migrants au large des côtes libyennes et à qui l'Italie et Malte avaient interdit d'accoster.

L'Espagne, troisième porte d'entrée des migrants en Europe

La question de l'accueil des migrants, qui divise profondément les Européens, sera au centre d'un mini-sommet de crise dimanche à Bruxelles. Destiné à préparer le sommet de Bruxelles des 28 et 29 juin qui sera largement consacré à l'immigration, il sera boycotté par les pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie), partisans d'une ligne dure sur ce sujet.

Tentée par un boycott de ce mini-sommet, l'Italie a finalement confirmé sa participation mais entend y faire "entendre sa musique", selon le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. Selon Rome, le texte préparé par Paris et Berlin aborde insuffisamment la question de la protection des frontières européennes pour se concentrer sur le redéploiement des migrants dès lors qu'ils sont déjà arrivés en Europe.

L'Espagne, dont le nouveau Premier ministre Pedro Sanchez a pris l'initiative d'accueillir l'Aquarius, participera elle aussi au sommet. Elle est la troisième porte d'entrée des migrants en Europe après l'Italie et la Grèce.

>> À voir : "Avec l'Aquarius, la réponse a été espagnole et non européenne" selon Josef Borrell

Si le nombre de migrants tentant de franchir la Méditerranée a été divisé par deux depuis le début de l'année par rapport à la même période l'an passé, il a triplé pour ce qui concerne l'Espagne, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Quelque 12 155 migrants sont ainsi arrivés en Espagne entre le 1er janvier et le 20 juin. Sur cette période, 292 migrants sont morts en tentant d'atteindre les côtes espagnoles. Au total, 960 migrants sont morts en Méditerranée sur cette période, selon l'OIM.

Avec AFP

Première publication : 23/06/2018

  • HONGRIE

    La Hongrie adopte la loi "Stop-Soros" qui pénalise les ONG aidant les migrants

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Zone euro et migrants : Macron et Merkel affichent leur unité

    En savoir plus

  • ITALIE

    Matteo Salvini regrette de ne pas pouvoir "expulser" les Roms italiens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)