Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Le Maire: les pensions de réversion doivent être "plus justes et efficaces"

© AFP/Archives | Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, le 18 juin 2018 à Paris

PARIS (AFP) - 

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a dit dimanche "accorder une importance majeure" aux pensions de réversion, soulignant toutefois qu'elles doivent être revues pour être "plus justes et plus efficaces".

Interrogé dans le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le ministre a indiqué au passage que sa mère faisait partie des 4 millions de Français, dont 90% de veuves, qui sont concernées.

"Quand vous êtes veuve, la vie est objectivement plus difficile", a souligné M. Le Maire, tout en expliquant que, comme la ministre de la Santé Agnès Buzyn l'a dit, "on ne touchera pas aux pensions de réversion déjà versées, on ne va pas revenir sur ce qui est acquis".

L'idée du gouvernement est, cependant, "d'avoir des pensions plus justes, qui aillent aux personnes qui en ont réellement le plus besoin" et que ces pensions "soient efficaces".

Sans vouloir se prononcer sur un éventuel plafonnement de ces pensions et en renvoyant à Mme Buzyn et aux discussions sur la réforme des retraites qu'elle prépare, le ministre des Finances a répété y être "très attaché" car "pour les veuves, au quotidien c'est très difficile".

"Ce qui me choquerait c'est que les veuves n'aient pas les moyens de vivre dignement dans notre pays", a-t-il martelé en estimant que "cela n'interdit pas de revisiter le dispositif pour être plus efficace et plus juste", et qu'on pourrait imaginer "des pensions qui vont à ceux qui ont les niveaux de retraite les plus faibles".

Dans le chapitre de la loi Pacte qui concerne l'épargne retraite, dont il espère qu'elle va se développer "massivement" dans les années à venir, il a expliqué avoir ajouté "une obligation de proposition de réversion pour l'épargne retraite".

"Tout salarié qui aura un dispositif se verra obligatoirement proposer une option de réversion. Cela n'existait pas auparavant cela existera quand la loi Pacte sera adoptée", a-t-il relevé, en estimant que cela permettra "à ceux qui se retrouveront veuf ou veuves demain d'avoir davantage de retraite, et de pouvoir bénéficier d'une part de retraite de leur conjoint".

© 2018 AFP