Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Amazon et Alibaba s'engagent à retirer plus vite les produits dangereux

© AFP/Archives | Quatre plateformes de distribution en ligne, dont l'entreprise américaine Amazon et sa concurrente chinoise Alibaba, se sont engagées lundi auprès de l'UE à retier plus rapidement de la vente les produits signalés comme dangereux

BRUXELLES (AFP) - 

Quatre plateformes de distribution en ligne, dont l'entreprise américaine Amazon et sa concurrente chinoise Alibaba, se sont engagées lundi auprès de l'UE à retier plus rapidement de la vente les produits signalés comme dangereux, a annoncé la Commission européenne.

Ces entreprises, dont font aussi partie eBay et Rakuten-France, s'engagent "à réagir dans un délai de deux jours ouvrables" à toute notification d'un produit dangereux par les autorités d'un Etat membre et à expliquer à chaque fois "les mesures prises", dans un document signé sous l'égide de l'exécutif européen.

Elles devront également réagir plus rapidement aux signalements venant de consommateurs, en leur apportant une réponse "dans un délai de cinq jours ouvrables".

Les quatre entreprises mettront "à la disposition des autorités des Etats membres de l'UE des points de contact uniques" auxquels notifier des produits dangereux. Et elles fourniront "un moyen clair pour les clients de notifier" les produits dangereux", selon les engagements listés par la Commission.

L'exécutif européen a indiqué qu'il assurerait un suivi de ces promesses dans des rapports semestriels et a appelé d'autres plateformes de commerce en ligne à "suivre le bon exemple" des quatre premières signataires.

Les ventes en ligne ont représenté 20% des ventes totales en 2016 dans l'UE, selon Eurostat, et les autorités s'inquiètent de voir de plus en plus de produits signalés comme dangereux être en vente sur des plateformes en ligne.

© 2018 AFP