Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Que reste-t-il du despote Idi Amin Dada en Ouganda ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition de Benalla : une situation embarrassante pour Macron ?

En savoir plus

EUROPE

Turquie : Muharrem Ince, principal rival d'Erdogan, reconnaît sa défaite

© Uygar Onder Simsek, | Muharrem Ince, dans un bureau de vote, à Yalova, le 24 juin 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2018

Muharrem Ince, principal rival du président turc Recep Tayyip Erdogan aux élections en Turquie, a officiellement accepté sa défaite et exhorté le chef de l'État à être le président de "tous".

Il était passé en quelques semaines du statut de trublion de l'opposition à celui de présidentiable capable de renverser Recep Tayyip Erdogan. Muharrem Ince, a finalement reconnu sa défaite, lundi 25 juin.

"J'accepte les résultats de ces élections", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Ankara, appelant Recep Tayyip Erdogan à être "le président de 81 millions de Turcs". "Monsieur Erdogan, arrêtez désormais de vous comporter comme le secrétaire général de l'AKP [le parti au pouvoir, NDLR]", a-t-il ajouté.

>> Revivez la soirée électorale sur notre liveblog

"Un régime autocratique"

Bien qu'il reconnaisse sa défaite, Muharrem Ince a également qualifié d'"injuste" ce vote, et il a estimé que le pays entrait dans un régime dangereux où le pouvoir serait concentré entre les mains d'un seul homme. Critiquant l'entrée en vigueur d'une réforme constitutionnelle voulue par son adversaire qui renforce considérablement les pouvoirs du président, il a aussi déclarée que la Turquie était désormais passée sous "un régime autocratique".

Ce député du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) a toutefois souligné que le score réalisé par lui et par son parti était le plus élevé "depuis quarante-et-un ans". Il a par ailleurs estimé qu'il aurait pu pousser le président Erdogan à un second tour "si les autres candidats de l'opposition avaient recueilli plus de voix".

>> À lire sur France 24 : "Muharrem Ince, le professeur de physique devenu le rival d'Erdogan"

Avec AFP et Reuters

Première publication : 25/06/2018

  • TURQUIE

    Turquie : Erdogan revendique la victoire dès le premier tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Présidentielle turque : comment l’opposition a déjoué le blackout médiatique

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Muharrem Ince, le professeur de physique devenu le rival d'Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)