Accéder au contenu principal
MONDIAL-2018

Mondial-2018 : au bout de l’ennui, les Bleus accrochés par le Danemark

Triste spectacle entre la France et le Danemark sur la pelouse du stde Loujniki de Moscou.
Triste spectacle entre la France et le Danemark sur la pelouse du stde Loujniki de Moscou. Juan Mabromata, AFP

Au terme d’une opposition soporifique face à un Danemark recroquevillé dans ses 30 mètres, la France n’a pas trouvé la faille (0-0), mais elle a au moins assuré la 1re place du groupe C. Elle affrontera l'Argentine en 8es.

Publicité

envoyé spécial France 24 à au stade Loujniki de Moscou (Russie)

Il aura donc fallu attendre le 37e match de cette Coupe du monde 2018 pour qu’une opposition accouche d’un score vierge. Opposés à des Danois qui ont offert aux 78 000 spectateurs du stade Loujniki de Moscou une véritable parodie de football, les Bleus n’ont jamais réussi à forcer la muraille rouge et ont concédé un triste match nul (0-0).

Même la victoire du Pérou sur l’Australie (2-0), acquise dès la 50e minute, n’a pas poussé le Danemark à se découvrir. Qualifiés, les hommes du Norvégien Age Hareide semblaient donc se contenter d'un point pris face aux Bleus, quitte à saborder le spectacle. Sous les huées d’un Loujniki visiblement outré par la qualité du match – à l’exception d’un kop danois ravi – le Danemark a finalement obtenu ce qu’il venait chercher. Un point de plus qui, finalement, n’aura rien changé dans le classement de ce groupe C, où les Bleus terminent donc à la première place.

Reste que, même face à un adversaire inoffensif et refusant totalement le jeu, la France n’a pas su trouver la faille. L’effectif largement remanié par Didier Deschamps – six changements au coup d’envoi – n’a pas donné pleine satisfaction même si le job a été fait, sans zèle aucun.

Trop imprécis devant

Sur les côtés, les titularisations de Dembélé et Sidibé n’ont pas fait oublier les habituels titulaires, même si Griezmann et Giroud n’ont pas non plus franchement rayonné. Tout au plus le premier a affiché une belle envie, multipliant les appels sans que cela suffise. Le second, seul face à une défense très athlétique, n’a que trop peu existé. Il n’a surtout pas réussi à convertir ses rares occasions (15e, 44e).

En fin de match, les entrées de Mbappé et de Fékir n’ont pas non plus permis de renverser la tendance. Le Lyonnais s’y est essayé, par deux fois, mais Schmeichel a sorti sa première tentative d’une belle horizontale (70e), avant que la seconde ne finisse sa course hors cadre (82e). Une ultime frustration pour les Bleus, qui vont maintenant devoir rapidement passer à autre chose. Prochain rendez-vous le samedi 30 juin à Kazan, 16 h (heure de Paris) pour les huitièmes de finale.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.