Libye: l'exportation de pétrole par les autorités parallèles serait "illégale"

Publicité

Tripoli (AFP)

La compagnie nationale de pétrole (NOC) basée à Tripoli a fustigé mardi la décision de l'homme fort de l'est libyen, Khalifa Haftar, de remettre les principaux terminaux pétroliers du pays aux autorités parallèles, affirmant que toute exportation de leur part serait "illégale".

"Les exportations par des institutions parallèles sont illégales et échoueront comme elles ont échoué par le passé", a clamé dans un communiqué Mustafa Sanallah, le patron de la NOC, en réaction à la décision du maréchal Haftar.