Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La catastrophe humanitaire évitée à Idleb?"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Libre échange, quand les barrières tombent

En savoir plus

FOCUS

La mémoire de la guerre civile divise toujours les Espagnols

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disiz, dinosaure du hip-hop français

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Emily O’Reilly, médiatrice de l'UE : "Nous recevons des milliers de plaintes de citoyens"

En savoir plus

EUROPE

Royaume-Uni : Uber récupère une nouvelle licence de 15 mois à Londres

© Daniel Leal-Olivas, AFP | L'autorité des transports de Londres a retiré en septembre 2017 sa licence à Uber, évoquant son manque de responsabilité au regard de la sécurité de ses clients.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2018

L'entreprise de réservation de voitures avec chauffeur Uber a obtenu, mardi, de pouvoir continuer à travailler à Londres, une victoire judiciaire sous sursis puisque le comportement de la compagnie sera scruté de près au cours des prochains mois.

La société Uber a obtenu, mardi 26 juin, une nouvelle licence, de plus courte durée, pour son activité à Londres après s'être fait retirer cette autorisation l'an dernier. La justice britannique a considéré que l'entreprise de réservation de voitures avec chauffeur (VTC) avait réalisé les changements requis pour se conformer à la législation.

L'autorité des transports de Londres (TfL) a retiré en septembre 2017 sa licence au spécialiste américain des VTC, évoquant son manque de responsabilité au regard de la sécurité de ses clients.

Agressivité, sexisme et discrimination

Il était notamment reproché à Uber d'avoir laissé prospérer en son sein une culture d'entreprise favorisant l'agressivité, le sexisme et les discriminations de toutes sortes.

Mais la juge a considéré qu'Uber pouvait désormais à nouveau opérer à Londres avec une licence de 15 mois, soumise à de strictes conditions.

Uber a reconnu que la décision de la TfL de refuser de lui restituer sa licence l'an dernier était justifiée, mais a insisté sur le fait que les changements que le groupe avait réalisé au niveau de sa politique et de sa gestion du personnel justifiaient l'octroi d'une licence plus courte pour prouver qu'il avait changé.

"Des années de mauvais comportements"

Le directeur général d'Uber au Royaume-Uni, Tom Elvidge, s'est réjoui de la décision du tribunal. "Nous nous félicitons de la décision rendue aujourd'hui. Nous continuerons à collaborer avec TfL pour répondre à ses inquiétudes et gagner sa confiance tout en fournissant le meilleur service possible à nos clients", a-t-il dit dans un communiqué.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a également salué le jugement, estimant que Uber, après "des années de mauvais comportements", avait fini par admettre que la décision de TfL de lui supprimer sa licence en septembre 2017 était "totalement justifiée".

Toutefois, M. Khan a aussi souligné que le groupe restait en "probation". "Leur licence de 15 mois est soumise à des conditions claires et strictes que TfL va surveiller attentivement", a-t-il dit dans son communiqué.

L'avocat de la TfL a signalé que le coût de ce procès, aux frais d'Uber, atteindrait 425 000 livres (482 445 euros).

Avec Reuters et AFP

Première publication : 26/06/2018

  • UNION EUROPÉENNE

    Facebook, Google, Uber... Bruxelles veut mieux taxer les géants du numérique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : premier accident mortel d'un véhicule autonome d'Uber

    En savoir plus

  • EUROPE

    La justice européenne remet Uber à sa place... de taxi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)