Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Elysée enlisée dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

Amériques

Anthony Kennedy, juge à la Cour suprême américaine, prend sa retraite

© AFP | Le juge Anthony Kennedy en juin 2017 à Washington.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2018

Anthony Kennedy, l'un des neuf juges de la Cour suprême américaine, a annoncé mercredi son départ à la retraite, ouvrant la possibilité pour le président Trump d'ancrer cette institution clé, gardienne de la Constitution, dans le conservatisme.

Le juge de la Cour suprême américaine Anthony Kennedy, l'un des neuf sages de la plus haute juridiction des États-Unis, prend sa retraite, a annoncé la Cour, mercredi 27 juin.

"Le juge Kennedy a averti aujourd'hui ses collègues qu'il soumet au président une notification formelle de sa décision, effective au 31 juillet cette année", indique un communiqué de la Cour suprême.

>> À lire : Un tribunal californien ordonne de réunir les familles de migrants séparées

"Cela a été un grand honneur et un privilège de servir notre nation à la magistrature fédéral pendant 43 ans", a déclaré le juge Kennedy, 81 ans, nommé en 1987 et souvent présenté comme le magistrat pivot de cette institution clé, gardienne de la Constitution américaine.

Conservateur sur des sujets comme les armes à feu ou le financement électoral, il était cependant progressiste sur des thèmes comme l'avortement ou la discrimination positive.

Le processus de remplacement va débuter "immédiatement"

Il appartient désormais à Donald Trump de lui nommer un successeur, très probablement un autre conservateur. Le processus de remplacement va débuter "immédiatement", a indiqué le président américain.

Anthony Kennedy "a été un grand juge de la Cour suprême", a t-il affirmé depuis le Bureau ovale, exprimant l'espoir de nommer pour lui succéder "quelqu'un de tout aussi extraordinaire".

L'année dernière, Donald Trump avait déjà nommé un juge conservateur à la Cour suprême, Neil Gorsuch, apportant la majorité aux juges conservateurs, tempérée par la voix plus modérée du juge Kennedy.

Les sages de la Cour suprême sont désignés à vie par le président américain en exercice et doivent être confirmés par un vote du Sénat, actuellement à courte majorité républicaine.

Avec AFP

Première publication : 27/06/2018

  • ÉTATS-UNIS

    La Cour suprême américaine valide le décret migratoire de Donald Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : la Cour suprême lève l'interdiction de paris sportifs

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Nomination des juges : Trump cherche à séduire l'électorat évangélique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)