Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Avec la fonte des glaces, le pôle Nord aiguise les appétits

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : comment la Bourse réagit-elle ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Une offensive américaine contre les entreprises françaises"

En savoir plus

Amériques

Un tribunal californien ordonne de réunir les familles de migrants séparées

© Robyn Beck, AFP (archives) | La politique de "tolérance zéro" du président Donald Trump en matière d'immigration divise les États-Unis.

Vidéo par Téa BAZDAREVIC

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2018

Un tribunal de San Diego , en Californie, a ordonné mardi la réunification des familles de migrants séparées par les autorités américaines, demandant à l'administration Trump de "faire face aux circonstances chaotiques qu'il a créées".

Un tribunal californien a ordonné, mardi 26 juin, la réunification des familles de migrants séparées par la police de l'immigration, dénonçant la politique de "tolérance zéro" de l’administration Trump en la matière.

Les parents doivent être réunis avec leurs enfants sous 14 jours pour les enfants de moins de 5 ans et sous 30 jours pour tous les autres, selon cette décision de justice consultée par l'AFP, qui demande au gouvernement fédéral de "faire face aux circonstances chaotiques qu'il a créées".

La plainte avait été déposée à San Diego par l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) au nom de migrants anonymes contre la police de l'immigration (ICE), à qui le juge Dana Sabraw demande également de "tout faire pour faciliter la communication" entre les familles séparées.

Des conditions "inhumaines"

Depuis le mois de mai, les poursuites systématiques engagées contre les parents traversant la frontière avec leurs enfants avaient abouti à la séparation de plus de 2 300 mineurs de leur famille, provoquant un tollé retentissant aux États-Unis et à l'étranger.

D'autres plaintes déposées au nom de migrants mettent en cause le "traumatisme" de la séparation des parents et enfants et dénoncent des conditions "inhumaines" de détention dans les centres de l'ICE.

Mardi, 18 États américains progressistes ont par ailleurs porté plainte contre la politique migratoire du président républicain Donald Trump.

Quelques jours après sa volte-face, censée mettre fin à la séparation des familles, le président américain avait appelé, dimanche, à encore plus de fermeté sur l'immigration, suggérant que les migrants illégaux devaient être expulsés sans passer par la case justice.

Avec AFP

 

Première publication : 27/06/2018

  • ÉTATS-UNIS

    La Cour suprême américaine valide le décret migratoire de Donald Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Enfants migrants séparés de leurs parents : Trump reste ferme

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Enfants migrants séparés de leurs parents : Mélania Trump fait cavalier seul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)