Accéder au contenu principal
MONDIAL-2018

Mondial-2018 : le Brésil passe l’obstacle des poules, la Suisse aussi

Le Brésil sera bien au rendez-vous des huitièmes de finale.
Le Brésil sera bien au rendez-vous des huitièmes de finale. Kirill Kudryavtsev, AFP

Malgré une animation offensive toujours en rodage, le Brésil de Tite s’est qualifié pour les 8es de finale de la Coupe du monde, à la faveur de son succès contre la Serbie (2-0). Les Suisses seront eux aussi au rendez-vous.

PUBLICITÉ

envoyé spécial France 24 à à la Spartak Arena de Moscou (Russie).

En tribune de presse, juste avant le coup d’envoi de Serbie - Brésil, un journaliste brésilien exulte déjà : "Avec l’élimination de l’Allemagne, c’est un mauvais esprit qui s’est envolé pour nous". Quatre ans après le drame de la demi-finale du Mondial-2014, où la Seleçao avait subi un revers historique face à la Mannschaft (7-1), le Brésil a désormais les coudées franches : avec deux défaites en trois rencontres de poule, son bourreau d’antan est déjà sorti, et les retrouvailles que beaucoup espéraient dès les huitièmes de finale n’auront pas lieu. En lieu et place de cette Allemagne déchue, ce sera donc le Mexique pour le Brésil qui, lui, a fait le boulot.

Et qu’importe si Neymar et consorts n’ont pas encore rendu honneur à l’éternel "joga bonito" dans cette Coupe du monde, l’essentiel est sauf. Après une entrée en lice très compliquée face à la Suisse (1-1) puis une victoire miraculeuse face au Costa Rica (2-0), le Brésil est venu à bout d’une Serbie compliquée à manœuvrer mais trop juste techniquement pour constituer une réelle menace (2-0). Et c’est dans la peau d’un premier de groupe qu’il abordera la suite de la compétition.

Dans une Spartak Arena largement acquise à sa cause malgré quelques grappes de supporters serbes bouillants, les Brésiliens ont démarré en mode diesel. Bousculés durant une demi-heure par des Serbes entreprenants, ils ont su profiter de la première baisse d’intensité pour prendre à revers la défense adverse. Sur un ballon en profondeur plein axe signé Coutinho, Paulinho a surgi devant le portier serbe pour donner l’avantage aux siens (0-1, 36e).

Une maigre avance que les hommes de Tite ont bien cru perdre au retour des vestiaires, lorsque Ljajic a délivré un centre au cordeau, au point de penalty. Un danger repoussé in extremis par le capitaine Miranda, d’une belle extension (55e). Le coup de semonce n’a toutefois pas suffi à prévenir les Brésiliens du danger qui couvait.

La Suisse y sera aussi

Car dans la foulée, les Serbes ont poussé comme jamais. C’est d’abord Thiago Silva qui a évité l’égalisation en repoussant sur sa ligne une tête de Mitrovic à bout portant, avant que le numéro 9 serbe ne bute à nouveau sur la défense, tout comme Matic juste derrière (62e). Face à une défense aux abois, les hommes de Mladen Krstajic ont bien cru pouvoir recoller, mais leur inefficacité a fini par se payer cash.

Sur un corner de Neymar au premier poteau, Thiago Silva s’est chargé d’offrir à ses adversaires une leçon de pragmatisme en catapultant le ballon dans les filets, après avoir devancé son vis-à-vis au premier poteau (2-0, 69e). Un but du break qui a fini d’asseoir la qualification d’une Seleçao célébrée par des "Olé" dans les travées, tandis qu’elle faisait tourner le ballon face à des Serbes sonnés.

Malgré de séduisantes prestations au premier tour, la Serbie quitte donc prématurément cette Coupe du monde 2018. Elle n’aura pas réussi à s’extirper d’un groupe compliqué, au sortir duquel c’est la Suisse qui accompagnera le Brésil en huitièmes. Les Helvètes, même accrochés par un Costa Rica surprenant (2-2), auront globalement bien négocié leur phase de groupe. Suffisamment, en tout cas, pour rejoindre la Suède au prochain tour.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.