Accéder au contenu principal

Sommet décisif pour l'UE en pleine frénésie sur la crise migratoire

Le Conseil européen se tient à Bruxelles les 28 et 29 juin 2018.
Le Conseil européen se tient à Bruxelles les 28 et 29 juin 2018. Geert Vanden Wijngaert, AFP

Les dirigeants des 27 pays membres de l’UE se réunissent, jeudi et vendredi à Bruxelles, pour un sommet européen crucial consacré en grande partie à la question migratoire, à l’origine de nombreuses frictions, notamment entre Paris et Rome.

PUBLICITÉ

Le défi migratoire sera au cœur d'un sommet européen sous tension jeudi et vendredi 29 juin à Bruxelles, où les dirigeants des pays de l'UE tenteront de surmonter leurs profondes divisions sur la question.

Ce "sommet des sommets", selon l'expression d'un responsable européen en référence à son agenda surchargé, ponctuera plus de deux semaines de frictions autour de navires transportant des migrants secourus en Méditerranée, auxquels le nouveau gouvernement italien a refusé l'accostage.

>> Sommet européen : "L’Europe telle qu’on l’a connue jusqu’à présent est morte"

Il sera aussi marqué par la fragilité inédite de la chancelière allemande Angela Merkel, dont l'autorité est défiée sur la question migratoire : son ministre de l'Intérieur menace de refouler aux frontières les migrants déjà enregistrés ailleurs, de manière unilatérale, faute de mesures européennes contre les déplacements de migrants dans l'UE.

"Le débat sur les migrations s'enflamme de plus en plus, a souligné mercredi le président du Conseil européen, Donald Tusk, craignant que l'absence de solution européenne fournisse "un nombre croissant d'arguments" à des mouvements populistes "avec une tendance à l'autoritarisme manifeste".

Vives tensions avec Trump

La nécessité d'unité de l'UE est d'autant plus nécessaire dans un contexte de vives tensions avec le président américain Donald Trump, avec lequel les "divisions vont au-delà du commerce" et des taxes douanières, a-t-il souligné.

Pourfendeur du multilatéralisme, Donald Turmp a annoncé mercredi qu'il recevrait le 30 juillet le nouveau chef du gouvernement italien Giuseppe Conte, qu'il avait loué pour sa position "très ferme" sur l'immigration.

Le débat à 27 vendredi, sans la Première ministre britannique Theresa May, montrera aussi les divisions qui persistent sur l'avenir de la zone euro, et la création d'un budget spécifique. L'idée est ardemment défendue par le président français Emmanuel Macron, mais elle suscite de fortes résistances.

Le bilan qui sera fait lors du sommet sur la difficile négociation du Brexit passera, lui, au second plan.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.