Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

FRANCE

Le jour où Redoine Faïd a déclaré sa flamme au réalisateur Michael Mann, "son mentor"

© DR | Robert De Niro dans "Heat", de Michael Mann, qui a inspiré Redoine Faïd pour son premier braquage.

Texte par Louise WESSBECHER

Dernière modification : 03/10/2018

En 2009, alors qu’il venait d’être libéré après dix ans de prison, le braqueur Redoine Faïd avait interpellé le cinéaste Michael Mann qu’il considère comme "son conseiller technique, son prof de fac".

Un hélicoptère qui se pose dans la cour d’honneur de la maison d’arrêt de Réau, trois hommes armés qui récupèrent Redoine Faïd au parloir et s’échappent avec lui : le récit de l’évasion du "caïd des cités" a tout d’une séquence de film d’action. Et ce n’est peut-être pas par hasard.

"Heat", "réference absolue du grand banditisme"

Redoine Faïd n’a jamais caché sa fascination pour le cinéma. Comme lors d’une "leçon de cinéma" consacrée à Michael Mann, organisée par la Cinémathèque française à l’été 2009 pour la sortie de "Public Enemies".

Dans le public, le bandit qui vient de sortir de détention après dix ans pour divers braquages, prend le micro et déclare : "'Heat' demeure la référence absolue du grand banditisme. Il s'inspire de la vie, de personnes qui font des faits divers réels, il essaie de les transmettre dans son cinéma. Moi personnellement, je suis un ancien gangster, malheureusement, je ne m'en vante pas. Je viens de faire une dizaine d'années de prison. J'ai attaqué des fourgons blindés, des bijouteries."

Alors que sur scène, un traducteur murmure à l’oreille de Michael Mann, le réalisateur rigole et semble un peu gêné. Et Redoine Faïd poursuit :

"J'avais un conseiller technique, un prof de fac, une sorte de mentor, et il s'appelle Michael Mann"

 

"Depuis vingt ans je connais Michael Mann, je l'ai découvert avec 'The Thief' et avec une bande de copains, on a regardé un peu ses films comme des reportages, comme des documentaires, et parfois même... Bon, récemment des journalistes m'ont demandé : 'Tu sais, tu as fait une grande carrière criminelle, et tu t'es fait tout seul, t'es un autodidacte'. Je leur ai répondu que non, j'avais un conseiller technique, un prof de fac, une sorte de mentor, et il s'appelle Michael Mann. Ma question est simple : est-ce qu'il a conscience qu'il y a des gangsters qui puissent s'inspirer de son cinéma, puisque moi ça m'est arrivé, ma femme le déteste, elle voudrait lui demander des dommages et des intérêts, et donc quand je lui ai dit avant-hier que j'allais réaliser un rêve, que j'allais rencontrer quelqu'un qui a fait partie de ma vie pendant vingt ans, elle m'a dit : 'C'est qui, c'est Beyoncé ?' Je lui ai dit : 'Non, c'est Michael Mann'."

Ce à quoi le réalisateur de "Miami Vice" réagira, visiblement un peu désharconné : "Merci... Je ne sais pas quoi répondre." La séquence est à revoir en intégralité par ici, l’intervention de Redoine Faïde démarre à 1 h 28.

De Niro pour modèle

Dans son livre "Braqueur des cités au grand banditisme" publié en novembre 2010, Redoine Faïd raconte aussi comment il a joué "la scène de 'Sleepers' avec Robert De Niro" lors d’un vol alors qu’il n’était qu’à l’école élémentaire, ou comment il a dormi dans la même suite que Dustin Hoffman et Tom Cruise dans "Rain Man" à Las Vegas. Dans une interview au Point, celui que la police surnomme "l’écrivain" revient encore sur sa fascination pour "Heat" qu’il a vu "une centaine de fois en DVD afin de disséquer la scène du braquage du fourgon qui [lui] a servi pour [sa] première attaque de convoyeurs."

Première publication : 02/07/2018