Accéder au contenu principal
MONDIAL-2018

Mondial-2018 : vainqueur d'un Mexique maudit, le Brésil est en quart

Le Brésil a fait le travail face à une belle équipe du Mexique qui a manqué de souffle.
Le Brésil a fait le travail face à une belle équipe du Mexique qui a manqué de souffle. Kirill Kudryavtsev, AFP
4 mn

Victorieux du Mexique en 8es de finale de la Coupe du monde 2018 (2-0), le Brésil sera le seul favori au rendez-vous des quarts de finale du tournoi. Bousculée par les Nord-Américains, la Seleçao s'est imposée grâce à Neymar et Firminho.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Istra (Russie).

La loi des séries a encore frappé. Face au Brésil de Neymar, le Mexique a été une nouvelle fois sorti de la Coupe du monde de football au stade des huitièmes de finale. Une boucle infernale de laquelle El Tri n'a toujours pas réussi à s'extirper, après avoir connu pareil sort en 2014, 2010, 2006, 2002, 1998 et 1994.

Face à cette Seleçao, dont la montée en puissance est désormais actée, les Mexicains ont joué crânement leur chance, bousculant leur adversaire sur près d'une mi-temps, avant de lever le pied physiquement sur le second acte. Un petit coup de mou que les hommes de Tite n'ont pas manqué d'exploiter. Neymar, tout d'abord, a fait taire les critiques en trouvant le chemin des filets d'un tacle rageur pour couper la trajectoire d'un centre de Willian (1-0, 51e).

Même Ochoa n'y pouvait rien

Puis, après une grosse demi-heure de domination brésilienne et une prestation majuscule du portier mexicain Guillermo Ochoa, jamais aussi bon que sous le maillot vert, le suspense a pris fin sur une nouvelel frappe de Neymar. Repoussée sur la ligne, sa tentative a trouvé Firminho qui n'a pas manqué le cadre sur le second ballon (2-0, 88e).

Un ouf de soulagement pour ce Brésil qui n'est toujours pas étincelant, mais qui commence tout de même à endosser avec assurance ce costume de favori taillé depuis des mois. À la différence de l'Allemagne et de l'Espagne, piteusement écartés du Mondial-2018, le géant sud-américain est bien au rendez-vous. Et son prochain adversaire, la Belgique ou le Japon, aura fort à faire pour enrayer la machine.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.