Accéder au contenu principal
MONDIAL-2018

Mondial-2018 : vainqueur d'un Mexique maudit, le Brésil est en quart

Le Brésil a fait le travail face à une belle équipe du Mexique qui a manqué de souffle.
Le Brésil a fait le travail face à une belle équipe du Mexique qui a manqué de souffle. Kirill Kudryavtsev, AFP

Victorieux du Mexique en 8es de finale de la Coupe du monde 2018 (2-0), le Brésil sera le seul favori au rendez-vous des quarts de finale du tournoi. Bousculée par les Nord-Américains, la Seleçao s'est imposée grâce à Neymar et Firminho.

PUBLICITÉ

envoyé spécial France 24 à Istra (Russie).

La loi des séries a encore frappé. Face au Brésil de Neymar, le Mexique a été une nouvelle fois sorti de la Coupe du monde de football au stade des huitièmes de finale. Une boucle infernale de laquelle El Tri n'a toujours pas réussi à s'extirper, après avoir connu pareil sort en 2014, 2010, 2006, 2002, 1998 et 1994.

Face à cette Seleçao, dont la montée en puissance est désormais actée, les Mexicains ont joué crânement leur chance, bousculant leur adversaire sur près d'une mi-temps, avant de lever le pied physiquement sur le second acte. Un petit coup de mou que les hommes de Tite n'ont pas manqué d'exploiter. Neymar, tout d'abord, a fait taire les critiques en trouvant le chemin des filets d'un tacle rageur pour couper la trajectoire d'un centre de Willian (1-0, 51e).

Même Ochoa n'y pouvait rien

Puis, après une grosse demi-heure de domination brésilienne et une prestation majuscule du portier mexicain Guillermo Ochoa, jamais aussi bon que sous le maillot vert, le suspense a pris fin sur une nouvelel frappe de Neymar. Repoussée sur la ligne, sa tentative a trouvé Firminho qui n'a pas manqué le cadre sur le second ballon (2-0, 88e).

Un ouf de soulagement pour ce Brésil qui n'est toujours pas étincelant, mais qui commence tout de même à endosser avec assurance ce costume de favori taillé depuis des mois. À la différence de l'Allemagne et de l'Espagne, piteusement écartés du Mondial-2018, le géant sud-américain est bien au rendez-vous. Et son prochain adversaire, la Belgique ou le Japon, aura fort à faire pour enrayer la machine.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.