Accéder au contenu principal

La Suisse instaure la "préférence indigène" contre le recrutement des frontaliers

Les citoyens suisses ont voté pour une instauration des quotas de travailleurs étrangers en 2014.
Les citoyens suisses ont voté pour une instauration des quotas de travailleurs étrangers en 2014. AFP (Archives)

La Suisse applique depuis dimanche la "préférence indigène", privilégiant l'embauche de résidents en Suisse à celles des frontaliers français, allemands et italiens, dans les secteurs en tension.

Publicité

Une loi suisse, entrée en application dimanche 1er juillet, impose aux entreprises suisses l’embauche prioritaire de demandeurs d’emploi locaux dans les secteurs à fort taux de chômage, indique RFI. Cette mesure, appelée "préférence indigène", visent notamment à dissuader l’emploi de Français vivant dans la zone frontalière à la place des Suisses.

La mesure concerne les secteurs affichant un taux de chômage supérieur à 8 %, comme le bâtiment, l'horlogerie et la restauration. Mais ce seuil passera à 5 % dès 2020.

Selon RFI, près de 320 000 frontaliers, dont 175 000 Français, se rendent quotidiennement en Suisse pour y gagner un salaire deux à trois fois supérieur aux salaires français, allemands et italiens. Ils sont directement ciblés par cette loi.

>> À écouter sur RFI : La "préférence Suisse" à l'embauche inquiète les frontaliers

Des annonces exigeant un domicile en Suisse

Les conditions d’accès aux marchés du travail suisse se sont durcis depuis quelques années, notamment depuis que les Suisses ont voté en 2014 l’instauration de quotas de travailleurs étrangers.

En 2013, le canton de Genève, où sont employés la plupart des frontaliers français, avait déjà instauré la "préférence cantonale" pour les emplois publics et parapublics. Mais le phénomène a gagné le secteur privé a constaté RFI, qui rapporte que les annonces exigeant un domicile en Suisse se sont multipliées depuis quelques années.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.