Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Kivu" de Jean Van Hamme, l’enfer congolais en bande-dessinée

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FRANCE

En France, des forces de l’ordre "au bord de la rupture"

© Zakaria Abdelkafi, AFP | Des forces de l'ordre en position de combat, le 22 mai 2018, lors de la manifestation de la fonction publique à Paris.

Texte par Romain BRUNET

Dernière modification : 04/07/2018

Un rapport sénatorial remis mardi dresse un état des lieux catastrophique de la situation des forces de l’ordre en France et appelle l’exécutif à agir. "On est à la limite de l’implosion", prévient François Grosdidier, l’un des deux co-auteurs.

Deux sénateurs tirent la sonnette d’alarme. "Crise", "malaise général", "mal-être", "perte de sens" : leur rapport remis au Sénat, mardi 3 juillet, dresse un tableau particulièrement sombre de l’état des forces de l’ordre en France et appelle l’exécutif et la hiérarchie à réagir.

Lancée après la vague de suicides qui a endeuillé les forces de sécurité à l'automne 2017, cette mission d'enquête décrit des maux connus de tous au sein de la police et de la gendarmerie, sur fond de montée de la violence et de sous-investissement.

Pour le sénateur François Grosdidier (LR), interrogé par France 24, "de nombreux policiers sont au bord de la rupture". Pour répondre à cette urgence, il avance, avec le sénateur Michel Boutant (PS), co-auteur du rapport, 32 propositions très diverses, dont l’élaboration d’un livre blanc de la sécurité intérieure avant l’adoption de lois de programmation budgétaire pour pouvoir fixer un cap sur plusieurs années.

>> À lire : Gérard Collomb lance sa police de sécurité du quotidien pour reconquérir les quartiers

France 24 : Vous avez passé plusieurs semaines à enquêter sur l’état des forces de l’ordre en France. Votre constat est plus qu’alarmant…

François Grosdidier : On est à la limite de l’implosion. La police et la gendarmerie n’ont jamais été dans un état aussi dégradé. Les conditions matérielles, d’abord, souffrent d’un terrible manque d’investissements. Les locaux sont vétustes et parfois indignes. La moyenne d’âge des véhicules est de huit ans dans la gendarmerie et de presque sept ans dans la police, alors que cela devrait être leur âge maximum. Et nos forces de sécurité manquent aussi d’équipement de base et d’équipement technologique. Quant aux moyens humains, s’il n’y a pas de sous-effectifs par rapport à la population française au regard de ce qui se fait chez nos voisins, on constate que deux-tiers du temps de travail des policiers et gendarmes est consacré aux procédures judiciaires.

Vous soulignez aussi que le taux de suicide dans la police est supérieur de 36 % à la moyenne nationale. Le manque d’investissements a-t-il des conséquences sur le mental ?

Très clairement. On prend le risque d’une démobilisation de l’ensemble des forces de l’ordre. Beaucoup d’entre eux sont au bord de la rupture. Les policiers sont contraints d’agir avec moins de moyens face à une délinquance beaucoup plus violente, des manifestations de plus en plus difficiles à encadrer avec l’émergence des Black blocs et, au quotidien, une hostilité de plus en plus forte des citoyens à leur égard. En plus du problème du sous-investissement qui est institutionnel, il y a aussi le contexte actuel lié au terrorisme. Les forces de l’ordre ont été et sont toujours extrêmement sollicitées. Et la peur s’est installée parmi nombre d’entre eux depuis l’attentat de Magnanville, qui a généré un vrai syndrome en portant la menace dans leur sphère privée [l'assassinat, en juin 2016, de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, un couple de policiers, a été revendiqué par le groupe État islamique, NDLR].

>> À lire : Le rapport complet des sénateurs Boutant et Grosdidier

Les policiers sont aujourd’hui en quête de reconnaissance et de sens. Lorsqu’ils prennent des risques importants et constatent ensuite que la réponse pénale est nulle ou insuffisante à leurs yeux, cela les décourage. Dans beaucoup d’autres corps de fonctionnaires on aurait rendu le tablier. Une grande majorité d’entre eux garde encore une volonté forte de servir les citoyens car c’est une vocation. Mais certains ont effectivement fini par lâcher en démissionnant ou en mettant fin à leur vie. Concernant le nombre de suicides, nous constatons qu’il reste élevé alors même que des dispositifs de prévention des risques ont été mis en place et que des instructions ont été données à la hiérarchie ces dernières années. Les chiffres auraient sans doute été encore plus catastrophiques sans ces initiatives.

Que préconisez-vous ?

Nous proposons dans notre rapport la rédaction d’un livre blanc de la sécurité intérieure, comme cela se fait pour l’armée, qui permettrait à la fois de repenser certains concepts sécuritaires qui doivent évoluer et de planifier un effort budgétaire nouveau. Il doit y avoir au moins cinq années durant lesquelles on double l’effort d’investissement pour monter de deux à trois milliards d’euros sur cinq ans. Il faut cesser de faire des investissements dans la police et la gendarmerie la variable d’ajustement de chaque gouvernement. La balle est désormais dans le camp du gouvernement. On ne pourra pas dire que nous n’avons pas tiré la sonnette d’alarme.

Première publication : 03/07/2018

  • FRANCE

    Hommage national : pour Macron, le gendarme Arnaud Beltrame incarne "l'esprit français de résistance"

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, un héros à la trajectoire d'excellence coupée net

    En savoir plus

  • FRANCE

    Macron incite policiers et gendarmes à resserrer les rangs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)