Accéder au contenu principal

Une Église américaine représente la scène de la Nativité en cage pour protester contre la politique migratoire de Trump

Le révérend Lee Curtis devant son Église.
Le révérend Lee Curtis devant son Église. CHRIST CHURCH INDIANAPOLIS

Un pasteur américain a installé des statues de la Sainte Famille en cage devant son Église pour protester contre les conditions de vie et le traitement accordé aux familles de migrants.

PUBLICITÉ

Traditionnellement, la scène de la Nativité – qui montre la naissance de Jésus à Bethléem – est censée inspirer la joie et la bienveillance. Pas la tristesse et l’horreur.

VOIR AUSSI : De l'ONU à Melania Trump, tollé contre la séparation des familles de migrants aux États-Unis

Pourtant, le révérend Lee Curtuis de la cathédrale Christ Church d’Indianapolis n’a pas hésité à installer sur le parvis de sa chapelle des statues de Jésus, Marie et Joseph enfermés dans une cage. Avec cette installation, qui fait beaucoup parler aux États-Unis, le pasteur américain veut interpeller sur la situation des familles de migrants mexicains retenus indéfiniment à la frontière.

"La terrible réalité est que beaucoup de familles ont expérimenté ou continuent à expérimenter ceci", a affirmé Lee Curtis à nos confrères de Mashable. Le révérend veut communiquer un message fort à ceux qui passent devant son Église : "La Sainte Famille est toutes les familles. Toutes les familles sont sacrées. Nous devrions aspirer à ce que chaque famille reste unie."

Plusieurs dirigeants religieux ont condamné l’administration américaine pour avoir séparé de jeunes enfants de leurs parents à la frontière. Selon Lee Curtis, la politique migratoire de Donald Trump, qui prône la "tolérance zéro", va à l’encontre des valeurs chrétiennes, chères à la culture de nombre d’Américains. "Les saintes Écritures sont claires sur la manière de traiter les gens qui cherchent la sécurité pour leur famille – nous devons leur montrer de la miséricorde et les accueillir", a affirmé le pasteur dans un communiqué de presse.

Lee Curtis espère qu’après l’engouement médiatique, les gens continueront à garder cette image en tête vis-à-vis de la situation des familles de migrants.

Notons enfin que l’administration de Donald Trump refuse encore de donner des chiffres précis sur le nombre d’enfants détenus ou séparés de leurs parents à la frontière américaine.

– Retrouvez aussi l'article de Heather Dockray sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.