Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

FRANCE

Jeune homme tué à Nantes : le policier placé en garde à vue

© Damien Meyer, AFP | Des gens déposent des fleurs, le jeudi 5 juillet 2018, à l'endroit où le jeune homme est mort après qu'un policier lui a tiré dessus.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/07/2018

Le policier auteur du tir qui a causé la mort d'un jeune homme de 22 ans, mardi soir à Nantes, lors d'un contrôle de police a été placé en garde à vue, jeudi, par l'Inspection générale de la police nationale.

Le policier auteur du tir qui a causé la mort d'un jeune homme de 22 ans, mardi soir à Nantes, lors d'un contrôle routier, a été placé en garde à vue, jeudi 5 juillet, par l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN), selon un communiqué du parquet.

En visite jeudi à Nantes, le Premier ministre Édouard Philippe a exigé "la plus grande transparence" sur les circonstances de la mort du jeune homme qui a été suivie par deux nuits de violence dans plusieurs quartiers de la ville. Il a également exprimé sa "condamnation la plus ferme" des violences qui ont suivi la mort du jeune homme originaire de Garges-lès-Gonesse, près de Paris.

Violences urbaines

Onze gardes à vue étaient en cours jeudi, selon le Premier ministre, dont quatre mineurs. La plupart ont été arrêtées dans le quartier du Breil où a été tué le jeune homme mardi soir. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a assuré que le gouvernement ferait "tout pour apaiser la situation dans la ville et le quartier".

Après des incidents mardi soir, des véhicules, des commerces et des bâtiments publics ont été incendiés mercredi soir dans plusieurs quartiers de Nantes. Une pharmacie a notamment été détruite et plus d'une quarantaine de véhicules ont brûlé.

À Garges-lès-Gonesse, des policiers ont été la cible de projectiles et de cocktails Molotov dans la nuit de mercredi à jeudi, et des poubelles ont été incendiées. Une personne a été interpellée.

Versions opposées

Les proches du jeune homme tué ont appelé au calme mercredi par la voix de leur avocat, avant une marche blanche prévue jeudi à Nantes, dans le quartier du Breil.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt pour "vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs", le jeune conducteur qui a été tué mardi soir avait tenté de s'enfuir, avait indiqué mercredi le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès.

Un policier a fait feu une seule fois, l'atteignant au cou. Selon des sources proches de l'enquête, le conducteur aurait tenté de "prendre la fuite en reculant sur un fonctionnaire de police". Une version qui semble contestée, selon RMC, par des vidéos de la scène tournées par des habitants de Nantes.

Avec AFP

Première publication : 05/07/2018

  • FRANCE

    Violences urbaines à Nantes après la mort d'un jeune homme tué par la police

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)