Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FOCUS

Réforme de l'enseignement primaire : une rentrée de haute lutte à l'école publique

En savoir plus

Economie

Donald Trump importe des drapeaux de Chine pour sa prochaine campagne

© Gregg Newton, AFP | Une partisane de Donald Trump lors d'un rassemblement à Orlanda

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/07/2018

Alors que la guerre commerciale sino-américaine a débuté, un entrepreneur chinois assure avoir reçu une commande pour confectionner les drapeaux américains pour la campagne électorale de Donald Trump de 2020.

Le Maga (Make american great again) serait “made in China”. Du moins en partie : les drapeaux américains destinés à la future campagne électorale de Donal Trump en 2020 seront fabriqués en Chine. C'est ce qu'a assuré Li Jiang, le patron de l’usine qui les confectionne, à la radio américaine NPR, le 3 juillet. Ces allégations tombent au plus mauvais moment pour le président américain qui vient d’initier une guerre commerciale contre Pékin pour protéger officiellement l’emploi américain contre la main-d’œuvre bon marché chinoise.

“Nous avons fait ces drapeaux pour la campagne de 2016 et nous avons reçu une commande pour 2020”, a précisé l’entrepreneur chinois. Pour lui, ce choix est une simple question de jugeote commerciale. “Nos clients sont intelligents, ils savent que nous sommes moins chers que nos concurrents et ils n’achèteraient aux États-Unis que si les prix y étaient plus bas”, juge l’homme d’affaires.

Make China great again ?

Donald Trump ne ferait donc que suivre une logique commerciale. Depuis l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce en 2001, l’entreprise de Li Jiang est devenue l’un des principaux fournisseurs de drapeaux au monde, rappelle NPR. Elle en a vendu à l’Allemagne, à la France, au Brésil ou encore à Hillary Clinton.

Cependant, cette commande semble en contradiction avec l’un des cris de ralliement électoraux de Donald Trump, “buy American, hire American” (achetez américain, engagez des Américains). D'autant que le président américain ne se gêne pas pour montrer publiquement son rejet des importations chinoises.

Ce n’est pas d'ailleurs la première fois que le protectionnisme de Donald Trump se retourne contre lui. Les médias américains se sont fait une spécialité de traquer l’origine de tout ce que le président touche, vend ou porte. En 2012, celui qui n’était alors qu’un simple milliardaire était resté coi face à David Letterman, présentateur vedette de la chaîne CBS, qui avait annoncé que les cravates Donald Trump étaient toute fabriquées en Chine, tandis que ses costumes provenaient du Mexique. Une partie du linge et accessoires des hôtels Trump sont également confectionnés en Chine, comme les serviettes de bain ou les chandeliers, rappelle le Huffington Post.

Ras les casquettes ?

Ivanka Trump, la fille du président américain, a aussi largement recours à la main-d’œuvre chinoise pour ses lignes de vêtements. Des douaniers américains ont raconté à l’Agence France presse que 53,5 tonnes de chaussures, sacs et habits de la marque Ivanka Trump entraient sur le territoire américain en provenance de Chine au moment précis où Donald Trump faisait un discours sur l’importance du “made in America” en janvier 2017.

Mais l’obsession des médias pour le décalage entre le discours protectionniste de Donald Trump et sa propension à se tourner vers les usines chinoises (ou d’ailleurs), les poussent parfois à l’erreur. C’est ainsi que plusieurs publications ont assuré en janvier 2017 que les casquettes rouges ornés de l'acronyme Maga portés par les supporters du président lors de son inauguration étaient importés de Chine. En réalité, il s’agissait de contrefaçons. Les casquettes officielles, disponibles sur le site du président, sont confectionnées aux États-Unis. Elles font partie de ces quelques rares produits de la galaxie Trump réellement “made in America”.

Première publication : 06/07/2018

  • COMMERCE MONDIAL

    Washington contre Pékin : la guerre commerciale commence

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Départ du doyen de la Cour suprême : "C’est dramatique pour le droit à l’avortement"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Guerre commerciale : Trump veut bannir l'argent chinois des secteurs technologiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)