Accéder au contenu principal

Jeune homme tué à Nantes : troisième nuit de violences

Une voiture carbonisée à Nantes, le 5 juillet 2018.
Une voiture carbonisée à Nantes, le 5 juillet 2018. Damien Meyer, AFP

Le calme n'est pas revenu à Nantes, théâtre d'une troisième nuit de violences dans la nuit de jeudi à vendredi. Un lycée et une station-service ont été visés, tandis que la police a procédé à trois interpellations.

PUBLICITÉ

La tension reste forte à Nantes, trois jours après la mort d'un jeune homme tué par un policier. Trois personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi 5 à vendredi 6 juillet. Un lycée et une station service ont fait l'objet d'une tentative d'incendie, a indiqué la police. En milieu de nuit, ces violences n'avaient pas fait de blessé et il n'y avait pas eu d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, selon la police.

"Une bonne cinquantaine de véhicules ont été incendiés" dans la nuit, a-t-on appris auprès des pompiers. Peu après minuit, une dizaine de véhicules avaient déjà été touchés dans le quartier de Bellevue.

Le lycée professionnel Léonard de Vinci, dans le quartier de la Bottière, au nord-est de Nantes, a fait l'objet d'une tentative d'incendie, de même qu'une station service dans le même quartier. La façade du lycée est partiellement noircie, ont constaté les journalistes de l'AFP. "L'incendie volontaire" qui a visé la station service a été rapidement circonscrit, selon la police et les pompiers.

>> À lire aussi : Jeune homme tué à Nantes : le policier placé en garde à vue

La police a également indiqué que, comme la veille, un cocktail Molotov avait été lancé contre un fourgon de police dans la cour du commissariat à Saint-Herblain, dans la banlieue de Nantes.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, plus d'une quarantaine de véhicules avaient été incendiés dans les quartiers dits "sensibles" de Nantes : le Breil, Bellevue, les Dervallières et Malakoff. Sept bâtiments publics et une dizaine de commerces avaient aussi été incendiés.

>> À lire aussi : Violences urbaines à Nantes après la mort d'un jeune homme tué par la police

Le drame de mardi est survenu lors d'un contrôle de police. Le policier à l'origine du tir mortel a été placé jeudi midi en garde à vue.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.