Accéder au contenu principal

Négociations sur le nucléaire : Pyongyang dénonce les "demandes avides" des États-Unis

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo devant des journalistes à l'aéroport international de Pyongyang, le 7 juillet 2018.
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo devant des journalistes à l'aéroport international de Pyongyang, le 7 juillet 2018. Andrew Harnik, AFP

Pyongyang a dénoncé samedi les "demandes avides" des États-Unis, après deux jours de négociations sur le nucléaire à Pyongyang. Washington assure que les sanctions seront maintenues jusqu'à la fin de la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Publicité

Après deux jours de négociations sur le nucléaire à Pyongyang, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a jugé, samedi 7 juillet, que l'attitude "extrémement regrettable" des États-Unis pendant les discussions avait violé l'esprit de l'accord conclu le 12 juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un.

"L'attitude américaine et les positions prises lors des discussions à haut niveau vendredi et samedi étaient extrêmement regrettables", peut-on lire dans un communiqué cité par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. Le ministère nord-coréen dénonce des "demandes unilatérales et avides de dénucléarisation".

De son côté, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, qui fait escale dans la capitale japonaise après une visite de deux jours à Pyongyang, a insisté sur l'importance d'une "dénucléarisation complète et totalement vérifiable" avant d'envisager la levée des sanctions. "Il y aura une vérification liée à la dénucléarisation complète, c'est ce que le président Trump et le président Kim ont tous deux accepté", a-t-il indiqué.

Pour le secrétaire d'État, il s'agit d'une "dénucléarisation au sens large", englobant toute la gamme d'armes. "Les Nord-Coréens comprennent cela, ils ne l'ont pas contesté", a-t-il indiqué.

Optimisme de Donald Trump

Il s'agissait de la troisième visite en Corée du Nord de Mike Pompeo. Le responsable américain a commencé ses démarches diplomatiques en Corée du Nord alors qu'il était directeur de la CIA. Nommé secrétaire d'État, il est resté l'interlocuteur clé des négociations.

Depuis le sommet du 12 juin, Donald Trump s'est montré optimiste sur les chances de paix dans la péninsule divisée depuis la guerre de Corée, estimant que la menace d'une guerre nucléaire était écartée.

Son secrétaire d'État est maintenant chargé de négocier un projet qui verrait Kim Jong-un déclarer clairement l'étendue et la nature de ses programmes nucléaire et balistique et accepter un calendrier pour le démantèlement de son arsenal, espère Washington.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.