Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans les coulisses du Moulin Rouge

En savoir plus

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

Afrique

Soudan du Sud : accord pour que Riek Machar redevienne vice-président de Salva Kiir

© Sumy Sadurni, AFP | Poignée de main entre le chef rebelle Riek Machar (à gauche) et le président Salva Kiir le 7 juilllet 2018, en Ouganda.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2018

Le chef rebelle du Soudan du Sud, Riek Machar, va être rétabli dans son ancienne fonction de vice-président, dans le cadre d'un accord de paix destiné à mettre fin à près de cinq ans de conflit civil.

Le gouvernement et les rebelles du Soudan du Sud, pays enfoncé dans une guerre civile depuis 2013, ont accepté samedi 7 juillet, en Ouganda, un accord de partage du pouvoir qui doit voir le chef rebelle Riek Machar retrouver son poste de vice-président.

"L'accord prévoit qu'il y aura quatre vice-présidents : les deux qui sont déjà en poste, plus Riek Machar qui occupera le poste de premier vice-président", a annoncé le ministre soudanais des Affaires étrangères Ahmed Al-Dierdiry, à l'issue d'une réunion des médiateurs à Kampala.

>> À lire : Soudan du Sud : "Le moment est venu" d'imposer des sanctions, estime Moussa Faki

"La quatrième vice-présidence sera attribuée à une femme issue de l'opposition", a-t-il ajouté, précisant que cet accord avait été "accepté par le gouvernement" de Salva Kiir, tandis que le mouvement d'opposition de Riek Machar en a accepté "le principe", avant de "l'étudier et de donner sa position finale" à l'issue d'une nouvelle séance de négociations, dimanche, à Khartoum.

Cet accord survient alors que les Nations unies avaient donné aux parties en conflit, le président Salva Kiir et son grand rival et ancien vice-président Riek Machar, jusqu'à fin juin pour parvenir à "un accord politique viable" sous peine de sanctions.

Cessez-le-feu "permanent"

Salva Kiir et Riek Machar ont convenu le 27 juin d'un cessez-le-feu "permanent", un accord qui relance les espoirs de paix dans ce pays ravagé par la guerre. Mais plusieurs précédents accords de cessez-le-feu ont volé en éclats, comme en 2016, l'année où Riek Machar a fui son pays. Il est depuis exilé en Afrique du Sud, mais continue à jouir d'une grande autorité.

Deux ans après avoir obtenu son indépendance du Soudan, à l'issue de plusieurs décennies de luttes, le Soudan du Sud s'est enfoncé dans une guerre civile en 2013 quand Salva Kiir a accusé son ex-vice-président de fomenter un coup d'État.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés. D'effroyables atrocités contre les civils ont été commises par les deux camps : massacres ethniques, enrôlement d'enfants soldats, viols de masse, meurtres, tortures...

Avec AFP

Première publication : 08/07/2018

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : accord sur un cessez-le-feu permanent sous 72 heures

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Cinq pays d'Afrique lancent une campagne inédite de vaccination contre le choléra

    En savoir plus

  • HUMANITAIRE

    Scandale Oxfam : des accusations de viol au Soudan du Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)