Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

FRANCE

Macron devant le Congrès à Versailles : ce qu'il faut retenir de son discours

© Eric Feferberg, AFP (archives) | La Constitution donne au président de la République la possibilité de s'adresser directement au Congrès.

Vidéo par Ethan HAJJI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/07/2018

Pour la deuxième fois de son mandat, Emmanuel Macron a réuni le Congrès à Versailles, lundi, afin de présenter ses priorités pour l'année à venir. Le président français veut réduire les dépenses publiques et bâtir l'État-providence du XXIe siècle.

Le président Emmanuel Macron s'est exprimé, lundi 9 juillet, devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles afin de défendre son bilan et tracer le cap économique et social de son action pour l'année à venir.

>> À lire aussi : Un an de présidence Macron, du "et en même temps" au "premier de cordée"

La richesse : un gâteau à se partager

Devant le Congrès, le président français s'est défendu contre le surnom de "président des riches" qui le poursuit depuis le début de son quinquennat en raison des réformes fiscales mises en places depuis un an, et notamment la suppression de l'impôt sur la fortune.

"Une politique pour les entreprises, ce n'est pas une politique pour les riches. C'est une politique pour toute la nation, une politique pour l'emploi, une politique pour les services publics", a justifié Emmanuel Macron.

"Si l'on veut partager le gâteau, la première condition est qu'il y ait un gâteau. Et ce sont les entreprises, rassemblant dirigeants, actionnaires et travailleurs, ce sont les producteurs qui font ce gâteau", a-t-il poursuivi en filant une métaphore culinaire.

L'objectif du gouvernement, c'est de "libérer l'investissement en France par une fiscalité adaptée, compétitive, c'est faire revenir dans notre pays les investisseurs étrangers qui l'avaient quitté. L'État doit assumer ce choix", a-t-il conclu.

Une baisse des dépenses publiques annoncée

Le Premier ministre, Edouard Philippe, "présentera dans les prochaines semaines les nouvelles décisions permettant de tenir les engagements de baisse de nos dépenses publiques", a déclaré le président français, promettant "des choix forts et courageux".

"Il ne saurait y avoir de baisse de la fiscalité ou de développement de l'investissement sans un ralentissement de la hausse continue de nos dépenses", a affirmé le chef de l'État, ajoutant que "tout le monde souhaite la baisse des impôts (...) mais nul ne veut jamais les assumer lorsqu'elles sont décidées".

Le plan pauvreté mis en œuvre en 2019

Le président est revenu sur le futur plan pauvreté, initialement annoncé pour le 10 juillet et dont le report fait polémique. Emmanuel Macron a affirmé qu’il sera présenté "en septembre" et mis en œuvre "en 2019", en promettant "un accompagnement réel vers l'activité" pour les personnes "les plus fragiles".

"Elle ne se contentera pas de proposer une politique de redistribution classique, mais une politique d'investissement et d'accompagnement social. Non pas de nouvelles aides, en solde de tout compte, mais un accompagnement réel vers l'activité", a-t-il promis.

Interrogé sur les raisons du report, le gouvernement a invoqué la "concertation importante avec l'ensemble du monde associatif", et le fait que "c'est aussi un sujet de discussion avec les départements, qui ont un rôle important à jouer sur les questions de RSA, d'aide sociale à l'enfance".

"La solidarité nationale se traduit dans l'aide que nous devons de manière inconditionnelle aux plus fragiles", a déclaré Emmanuel Macron, insistant à plusieurs reprises dans son discours sur la notion de "justice". "Je veux une stratégie de lutte contre la pauvreté qui ne permette pas à nos concitoyens pauvres de vivre mieux, mais bien de sortir de la pauvreté une bonne fois pour toute."

Bâtir l'État-providence du XXIe siècle

La priorité pour l'année qui vient est de bâtir "l'État-providence du XXIe siècle", "Un État-providence émancipateur, universel, efficace, responsabilisant", qui doit s'articuler entre des droits et des devoirs, a promis Emmanuel Macron. Le chef de l'État a proposé aux partenaires sociaux de réviser les règles de l'assurance chômage pour encourager le retour à l'emploi et il a rappelé qu'il souhaitait voir une réforme des retraites votée en 2019.

Un cadre pour l'Islam

Emmanuel Macron a également annoncé sa volonté de donner à l'automne un "cadre" à l'islam, prévenant qu'aucune remise en cause des principes républicains ne serait acceptée.

"Il faut que tout le monde sache qu'en France la liberté individuelle, de penser, de critiquer, l'égalité des femmes et des hommes, le respect des choix individuels tant qu'il n’attentent pas aux droits des citoyens sont des principes intangibles", a-t-il souligné. "Nulle mise en cause de ces principes ne peut être acceptée sur le fondement d’un dogme religieux (...) Je sais que l'immense majorité de nos concitoyens musulmans le savent, le partagent et l'approuvent".

"C'est pourquoi, dès l'automne nous clarifierons cette situation en donnant à l'islam un cadre et des règles garantissant qu'il s'appliquera partout de manière conforme aux lois de la République", a indiqué le chef de l'État.

Emmanuel Macron, qui avait prévu initialement de faire des annonces sur l'islam au premier semestre 2018, a prévenu en février qu'il ne dévoilerait "une proposition que quand le travail sera abouti" et revendiqué sa méthode consistant à "avancer touche par touche". Pendant la campagne présidentielle, jugeant les musulmans de France "mal représentés", il avait notamment souhaité la mise en place d'une "nouvelle structure" ainsi que la formation des imams "sur le sol français et de façon adaptée aux valeurs de la République".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 09/07/2018

  • Politique

    Baisse de popularité d'Emmanuel Macron : un sévère avertissement ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le service national universel loin des promesses de Macron

    En savoir plus

  • FRANCE

    Campagne d'Emmanuel Macron : enquête sur un possible financement irrégulier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)