Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Turquie : Erdogan intronisé avec des pouvoirs présidentiels considérablement renforcés

© Adem Altan, AFP

Vidéo par Ethan HAJJI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/07/2018

Recep Tayyip Erdogan, réélu en juin à la tête de l'État turc, prête serment lundi avec des pouvoirs présidentiels très étendus. Ses détracteurs dénoncent, eux, une dérive autoritaire du président islamo-conservateur.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a inauguré, lundi 9 juillet, un nouveau mandat de cinq ans avec des pouvoirs étendus avec le passage à un système présidentiel dénoncé comme autocratique par ses détracteurs.

Au pouvoir depuis 2003, d'abord comme Premier ministre, puis comme président, le dirigeant islamo-conservateur a été confortablement réélu le 24 juin, remportant l'élection présidentielle dès le premier tour, avec 52,6 % des voix, loin devant ses concurrents.

"Hyperprésidence"

Son accession à cette "hyperprésidence", instaurée par une révision constitutionnelle adoptée étroitement par référendum en avril 2017, intervient près de deux ans après une tentative de coup d'État, le 15 juillet 2016, menée par des militaires factieux et suivie de vastes purges notamment au sein des forces armées, la police et les administrations, avec l'arrestation ou le limogeage de dizaines de milliers de personnes.

La dernière vague de purges, annoncée dimanche, a touché plus de 18 000 fonctionnaires, en majorité des soldats et des policiers, qui ont été limogés par un décret-loi présenté comme le dernier sous l'état d'urgence instauré au lendemain du putsch manqué.

>> À lire sur France 24 : le long format "Turquie, la grande purge - Qautre destins bouleversés par l'état d'urgence"

Recep Tayyip Erdogan "aura désormais le soutien institutionnel et légal pour contrôler quasiment tout", dans le cadre du nouveau système, explique Ayse Ayata, professeure de Sciences politiques à l'Université technique du Moyen-Orient (Ödtü) à Ankara.

Le poste de Premier ministre supprimé

Le poste de Premier ministre sera supprimé, le chef de l'État détiendra désormais l'ensemble du pouvoir exécutif et pourra promulguer des décrets. Il nommera également six des treize membres du Conseil des juges et procureurs (HSK), chargé de nommer et destituer le personnel du système judiciaire.

Et, comme le président est aussi le chef de sa formation politique, l’AKP, "il aura le contrôle des députés de son parti, ce qui signifie que le président aura le contrôle sur les branches exécutive, judiciaire et législative du pays", souligne Emre Erdogan, professeur de Sciences politiques à l'Université Bilgi à Istanbul. "Un tel système crée un vaste espace d'opportunités pour qu'un président (…) gouverne le pays à lui seul", ajoute-t-il.

Gouvernement resserré

Après sa prestation de serment, le chef de l’État présentera un nouveau gouvernement resserré qui devrait compter 16 ministères contre 26 (sans compter le Premier ministre) actuellement.

Plusieurs ministères seront donc fusionnés, comme le ministère des Affaires européennes, qui fera désormais partie du ministère des Affaires étrangères.

>> À lire sur France 24 : "En images : la Turquie des années Erdogan"

La présidence s'appuiera également sur des "commissions" et des bureaux consacrés à divers secteurs, même si les détails de leurs compétences ne sont pas encore connus. Répondant aux critiques de l'opposition sur l'ampleur de ses pouvoirs, Recep Tayyip Erdogan répète que le nouveau système est un gage d'efficacité pour relever les défis auxquels fait face la Turquie.

Le plus pressant semble être la crise économique qui se dessine avec une inflation élevée, la dévaluation de la monnaie et un important déficit des comptes courants, en dépit d'une croissance solide.

Cette situation est en partie due à un manque de confiance des marchés dans la stratégie économique du président turc, qui ne cesse d'appeler à baisser les taux d'intérêt pour combattre l'inflation, alors que la plupart des économistes préconisent le contraire.

Avec AFP

Première publication : 09/07/2018

  • TURQUIE

    Réélection d'Erdogan : pour l'UE, la campagne électorale turque "n'était pas équitable"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : Erdogan et l’extrême droite, d’ennemis jurés à alliés stratégiques

    En savoir plus

  • TURQUIE

    #Tamam : le ras-le-bol de la politique d'Erdogan s'exprime sur Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)