Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le repas luxueux de Maduro chez "Salt Bae" a un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

SPORT

Mondial-2018 : à la frontière franco-belge, les cœurs balancent entre Bleus et Diables rouges

© François Lo Presti, AFP | Les Bleus font face aux Diables rouges pour une place en finale.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2018

La première demi-finale du Mondial-2018, qui opposera les Bleus aux Diables rouges, mardi soir à Saint-Pétersbourg, a une saveur particulière à la frontière franco-belge, où certains habitants n'arrivent pas encore à se départager.

"On essaie de faire 50/50, mais c'est pas facile !" : le maillot de Griezmann sur le dos, une bière belge à la main, Carole Blondel finit de préparer son bar à Quiévrain à la frontière franco-belge, pour accueillir mardi 10 juillet un panaché de Wallons et de Français, voisins de quelques centaines de mètres.

"Je soutiens les Français, quand même, mais si la Belgique gagne, je serais contente aussi.... mais peut-être un peu moins", concède après réflexion cette Française, originaire de la région proche de Valenciennes (Nord), venue ouvrir son établissement côté belge.

Sur France 24 >> Mondial-2018 : France - Belgique, duel fratricide pour une place en finale

À Quiévrechain, la demi-finale du Mondial-2018 France-Belgique réveille une rivalité frontalière disparue. Seul le poste de douanes, transformé en logements, rappelle le temps où les automobilistes étaient contrôlés avant d'entrer dans un sens à Quiévrain (Belgique, 6 700 habitants) et dans l'autre à Quiévrechain (France, 6 400 habitants).

Les allées et venues n'ont depuis pas cessé. Et en cette veille de match pavanent des voitures aux couleurs de la Belgique, avec chaussettes sur les rétroviseurs ou cornes des Diables rouges sur le capot. D'autres arborent les flammes tricolores sur leur toit. Certains n'ont, eux, pas tranché, exhibant les couleurs des deux pays.

"Français, supporter belge"

"Le cœur est français, mais l'amour est belge", résume le binational Laurent Choteau, 45 ans. Nés de parents français en Belgique, ce restaurateur de Quiévrain n'arrive pas encore à se décider. "Je suis vraiment à 51 % pour une équipe, 49 % pour l'autre équipe. Je dirai après le match laquelle ! Mais dans tous les cas, je suis en finale", sourit-il, pris dans une "dualité" inédite. Il a même commandé des T-shirts "allez les Diables, allez les Bleus" pour l'occasion.

Sur la place principale, les cinq bars qui se font face ont sorti le matériel qui s'impose : télés, drapeaux, posters d'Eden Hazard, ancien Lillois, et de De Bruyne. Et pour quelques-uns, des guirlandes tricolores.

Attablé en terrasse, Sacha Ferat, 23 ans, se présente lui comme un "Français supporter belge". "Depuis le début de la compétition, je soutiens les Belges. J'ai laissé la France derrière moi", raconte cet artisan français installé en Belgique.

"On rencontre assez bien de Français par ici, donc forcément, il y a la petite guéguerre qui commence, toute amicale. Je pense que ça va être très très fou", prédit avec une pointe d'accent dans la voix Steve Crevieaux, 41 ans. "Que le meilleur gagne, mais avec une petite pensée peur la Belgique quand même, on ne sait jamais !". Pronostic: 2-1. Pour les Diables rouges, "forcément".

"Ça va être le match de cette Coupe du monde", renchérit Sam Quenau, 31 ans, de nationalité belge. "Notre Coupe du monde, elle est faite. On a battu le Brésil. On ne peut être qu'heureux."

Avec AFP

 

Première publication : 10/07/2018

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : France - Belgique, duel fratricide pour une place en finale

    En savoir plus

  • SPORT

    Mondial-2018 : la Croatie complète le carré des demi-finales après avoir éliminé la Russie

    En savoir plus

  • MONDIAL-2018

    Mondial-2018 : la Belgique élimine le Brésil et rejoint la France en demies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)