Accéder au contenu principal

Pakistan : attentat-suicide meurtrier contre une réunion électorale à Peshawar

Abdul Majeed, AFP

Au moins 13 personnes ont été tuées mardi à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, à la suite d'un attentat-suicide qui visait une réunion électorale d'un parti opposé aux Taliban. L'attaque n'a pas été revendiquée pour l'instant.

Publicité

À deux semaines des législatives, un nouvel attentat a ensanglanté le Pakistan. Au moins 13 personnes, dont un influent homme politique local, ont été tuées dans la soirée de mardi 10 juillet dans un attentat-suicide contre une réunion électorale à Peshawar, dans le nord-ouest du pays. Une cinquantaine de personnes ont également été blessées.

L'attentat a été perpétré lors d'une réunion du Awami National Party (ANP), formation qui a déjà été la cible de représailles de militants islamistes pour avoir manifesté son opposition à des groupes comme les Taliban. Un peu plus tôt, un porte-parole militaire avait admis que des menaces planaient sur la campagne pour les législatives du 25 juillet.

"D'après les premiers éléments de l'enquête, c'était une attaque-suicide dont Haroon Bilour était la cible", a indiqué à l'AFP Shafqat Malik, un responsable de la police en faisant référence à un des candidats du Awami National Party aux élections.

Tué avant de s'adresser à ses partisans

Un autre haut responsable de la police, Kaukab Farooqi, a confirmé que Haroon Bilour avait été tué dans cette attaque. Selon la police, l'explosion est survenue au moment où l'homme politique s'apprêtait à s'adresser à quelque 200 partisans.

Haroon Bilour appartenait à une influente famille politique de la province de Khyber-Pakhtunkhwa dont Peshawar est la capitale. Son père, Bashir Bilour, également un homme politique connu, avait été tué dans un attentat-suicide en 2012.

"J'ai perdu conscience après l'explosion. La dernière chose que j'ai vue, c'est une grosse boule de feu", a déclaré à l'AFP Sartaj Khan, un partisan de l'ANP blessé au jambes.

L'attentat n'a pas été immédiatement revendiqué.

Peshawar, une porte d'entrée vers les régions tribales en proie à des troubles a été ces dernières années le théâtre de plusieurs attentats visant hommes politiques, rassemblements religieux, forces de l'ordre et même des écoles.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.