Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Tous les Sangliers sauvages sauvés"

France 24

La presse s'intéresse mercredi à cette ferveur populaire "au parfum de 98" suscitée en France par la victoire en demie-finale des Bleus face à la Belgique. Des Bleus à l'honneur, tout comme ces petits footballeurs restés coincés pendant plus de deux semaines dans les entrailles d'une grotte inondée en Thaïlande...

PUBLICITÉ

Propulsée pour la 3e fois en finale d'une Coupe du monde, la France toute entière exulte. Les images de joie où l’on arbore fièrement le drapeau s’affichent à la une de la presse nationale et régionale. Grâce au football, les journaux racontent la fierté retrouvée d’être français. "C’est beau une France unie" titre le Parisien, qui recueille le témoignage de ceux qui ont fait la fête jusqu’au bout de la nuit "toutes générations confondues". Une parole qui se libère "quand on gagne, la France est ensemble. Il n’y a plus de noirs, plus d’arabes, plus de blancs , on est tous français" …

Le journal Le Monde y voit une "saveur de 98" … avec ces scènes de liesse "qui ont ranimé la flamme de la communion qui avait suivi la victoire de l’équipe de France emmenée par Didier Deschamps il y a 20 ans". 

L’équipe de France, elle est "un objet politique malgré elle" titre encore le journal, qui observe que "depuis 98 les Bleus sont devenus une caisse de résonnance des questionnements identitaires". Une victoire en demie finale, que les Bleus ont offerts aux Français et que Paul Pogba a dédié aux jeunes footballeurs rescapés d'une grotte en Thaïlande après 18 jours coincés dans les entrailles inondées de la montagne.

Les quotidiens thaïlandais, de leur côté, affichent le soulagement. Pour le Bangkok Post "tous les Sangliers sauvages sont sauvés" tandis que The Nation se félicité de cette "Mission accomplie !".

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.