Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Elysée enlisée dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

L'EI défait d'ici à "quelques semaines" dans l'est de la Syrie (général français)

© AFP | Un autocar de déplacés syriens stoppe à un checkpoint à Bosra dans le sud de la Syrie le 11 juillet 2018

PARIS (AFP) - 

Le groupe État islamique (EI) sera défait militairement dans l'est de la Syrie d'ici à "quelques semaines", probablement la "fin de l'été", a estimé jeudi le général français Frédéric Parisot.

"Il reste encore deux poches et d'ici quelques semaines, je pense qu'on peut dire assez sereinement que Daech (acronyme arabe de l'EI) ne contrôlera plus aucun territoire dans notre zone d'opérations", a déclaré le haut gradé depuis Bagdad, où il représente la France auprès du commandement de la coalition internationale anti-EI sous direction américaine.

"La meilleure estimation c'est probablement la fin de l'été pour la fin des combats dans la moyenne vallée de l'Euphrate", a-t-il ajouté lors du point de presse hebdomadaire du ministère des Armées à Paris.

Le groupe jihadiste a été chassé de l'essentiel des vastes territoires qu'il avait conquis en 2014 en Irak et en Syrie. Il ne conserve plus que quelques poches désertiques dans le centre de la Syrie, notamment dans la province de Homs, et dans l'est du pays, le long de la frontière avec l'Irak.

Les jihadistes conservent aussi une présence dans le Sud-Ouest, où ils sont la cible de raids du régime syrien et son allié russe. Des cellules sont également actives dans la province d'Idleb (nord-ouest syrien) et dans le désert en Irak, à la frontière avec la Syrie.

"Le dernier combat de Daech sera réellement entre Abou Kamal et Mayadin (province de Deir Ezzor) dans les semaines à venir", a poursuivi le général Parisot.

"On voit des transferts de combattants (de l'EI) vers (cette) poche du Sud mais là, ils sont un peu coincés, les Irakiens faisant un effort pour rendre hermétique leur frontière", a-t-il relevé. Le régime syrien et son allié russe mettent aussi la pression dans ce secteur.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance kurdo-arabe soutenue par la coalition internationale, ont lancé début mai la dernière phase de leur offensive pour mettre fin à la présence de l'EI dans l'est de la Syrie.

Le président français Emmanuel Macron avait initialement prédit la fin des opérations de la coalition en février mais ce calendier a été contrarié par une offensive turque qui a conduit à un redéploiement des forces kurdes vers le Nord.

"Nous n'avons pas de troupes au sol, ce sont les FDS qui sont au sol. Donc, on fait à leur rythme", a concédé Frédéric Parisot.

Dans le sud de la Syrie, un groupuscule affilié à l'EI s'est toutefois emparé de la localité de Heet, dans la province de Deraa, non loin de la frontière avec la Jordanie, au terme de combats meurtriers, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

© 2018 AFP