Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc - crise migratoire, la marine royale tire sur une embarcation de migrants : 1 mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

Athlétisme: 100 m royal à Rabat entre Américains et Lavillenie en prime

© AFP/Archives | Le perchiste français Renaud Lavillenie aux Championnats de France, à Albi, le 8 juillet 2018

RABAT (AFP) - 

Cent mètres royal à Rabat: la nouvelle vague américaine Noah Lyles, Ronnie Baker et Christian Coleman se déchire vendredi sur la ligne droite pour la suprématie mondiale encore en balance lors de la 9e étape de la Ligue de diamant d'athlétisme.

Entre récents championnats de France à Albi et une nébuleuse compétition par équipes nationales le week-end prochain à Londres, un seul Français est présent à Rabat.

Mais il s'agit du recordman du monde (6,16 m) du saut à la perche Renaud Lavillenie.

Dans la capitale marocaine, le Clermontois retrouve, dans un duel désormais classique, le champion du monde Sam Kendricks. Battu à Paris par le Texan, il a pris immédiatement sa revanche à Lausanne, où le concours avait pris place sur les bords du lac Léman, une première.

Lavillenie s'est parfaitement adapté au lieu pour s'imposer à 5,91m. Et il a manqué de peu une barre à 6,00 m.

Le +Napoléon+ de la perche a, entretemps, conquis un 8e titre national dimanche avec 5,80 m. "A partir du moment où j'ai commencé mon concours, il était déjà fini, s'est justifié le champion olympique 2012. Je n'ai pas l'habitude de faire des concours tout seul sous 35 degrés. Après, j'ai manqué de lucidité et d'efficacité sur mes sauts à 5,90 m. Il y avait la place, mais le plus important était d'assurer le titre".

La nouveauté Morgunov

Le jeune (21 ans) Russe Timur Morgunov, qui a franchi 5,92 m le 30 juin, pourrait s'immiscer dans la lutte des hommes haut perchés, de même que le Polonais Pawel Wojciechowski, le champion du monde 2011 en regain de forme.

Champion et recordman du monde (6.34) du 60 m, Coleman, boule de muscles, revient de blessure pour se mêler à l?affrontement sur 100 m, dont Lyles a remporté le 1er round, avec 9 sec 88 en finale des Championnats des Etats-Unis, signant au passage la meilleure performance de l'année (MPM) devant Baker (9.90) qu'il a +coiffé+ sur la ligne.

Depuis Baker, originaire du Kentucky, l'Etat des pur-sang, a égalé le chrono de Lyles le 30 juin à Paris.

Champion du monde juniors du 100 m en 2016, Lyles, doté d'un redoutable finish, n'a pas encore 21 ans. Le Floridien, élève de Lance Bauman, est probablement le meilleur produit issu du vivier américain de la vitesse depuis une vingtaine d'années, comme l'atteste également sa domination sur 200 m (19.69 par deux fois cette saison).

Le 200 m dames opposera la belle allure de la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo, championne olympique du 400 m, opposée à l'Ivoirienne Murielle Ahouré, l'Américaine Jenna Prandini et la Nigériane Blessing Okagbare.

Seule réunion du circuit majeur sur le sol africain, le meeting Mohammed VI propose par ailleurs un plateau de haut niveau en demi-fond, la grande spécialité du pays d'accueil, et dans les sauts.

Le public se passionnera déjà pour le 3000 m steeple qui met aux prises le local Soufiane El Bakkali, médaillé d'argent aux Mondiaux de Londres, et le Kényan Conseslus Kipruto, roi de la discipline depuis plusieurs années.

Sur la même distance, mais sans barrières, les Ethiopiens voudront ramener à la raison leur ex-compatriote Berhanu Balew, passé sous maillot du Bahreïn et vainqueur du 5000 m à Shanghaï puis à Lausanne.

Toujours en demi-fond, la Kényanne Hellen Obiri, championne du monde sortante du 5000 m, sera confrontée sur la distance au meilleur de l'école éthiopienne emmenée par Genzebe Dibaba.

Lasitskene vise haut

A la hauteur, la double championne du monde (2015/2017) Mariya Lasitskene est quasiment assurée d'une 45e victoire consécutive dans la capitale marocaine. Mais la Russe, privée de JO à Rio à cause de la suspension de son pays pour dopage institutionnalisé, veut de nouveau se mesurer au très daté (1987) record du monde (2,09 m) de la Bulgare Stefka Kostadinova.

Le javelot masculin est attendu au-delà de la ligne des 90 mètres, avec les bras du duo allemand Thomas Röhler, médaillé d'or aux Jeux de Rio, et Andreas Hofmann, contre l'Estonien Magnus Kirt, le Tchèque Jakub Vadlejch et un nouvel entrant, l'Indien Neeraj Chopra, or aux Jeux du Commonweath à 20 ans.

Après le Kenya et la Jamaïque, l'Inde a rejoint le haut niveau d'un lancer longtemps l'apanage des spécialistes du nord et de l'est de l'Europe.

© 2018 AFP