Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Amériques

Procès du talc : Johnson & Johnson condamné à verser 4,7 milliards de dollars

© Charly Triballeau, AFP | 22 femmes et leurs familles accusent le talc du groupe de provoquer des cancers des ovaires.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2018

Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson (J&J) a été condamné jeudi à verser 4,69 milliards de dollars de dommages lors d'un procès intenté par 22 femmes. Elles reprochent au talc vendu par le groupe de provoquer des cancers.

Il s'agit d'un nouveau rebondissement dans ce dossier pour lequel plusieurs milliers d'actions en justice ont été intentées contre Johnson & Johnson. Le groupe pharmaceutique américain s'est vu condamner jeudi 12 juillet à verser 4,69 milliards de dollars de dommages dans un procès intenté par 22 femmes et leurs familles.

Selon l'avocat représentant les victimes, Mark Lanier, un jury composé de six hommes et six femmes d'un tribunal de St. Louis (Missouri) a décidé de condamner le groupe pharmaceutique après six semaines de procès et huit heures de délibéré. Les dommages se composent de 550 millions de dollars en dommages compensateurs et plus de 4,1 milliards de dollars de dommages punitifs.

Les plaignantes affirmaient que l'utilisation du talc pour leur toilette intime avait provoqué des cancers des ovaires.

"Depuis plus de 40 ans, Johnson & Johnson a dissimulé les preuves de la présence d'amiante dans ses produits", a accusé Mark Lanier dans un communiqué. "Nous espérons que ce verdict attirera l'attention du conseil d'administration de J&J et l'incitera à mieux informer la communauté médicale et le public du lien entre l'amiante, le talc et le cancer des ovaires", a-t-il poursuivi, en demandant au groupe pharmaceutique de retirer les produits concernés du marché.

J&J "déçu" du verdict

Dans un communiqué, J&J s'est dit "profondément déçu par le verdict". Celui-ci "résulte d'un processus inéquitable qui a vu les plaignants représenter un groupe de 22 femmes dont la plupart n'ont pas de connexion avec le Missouri mais qui ont été rassemblées dans un seul cas et affirmant toutes qu'elle ont développé un cancer des ovaires", a dit le groupe.

"Le verdict, qui a accordé le même montant de dommages à chacune des plaignantes sans tenir compte de leur cas individuel et des différences juridiques, reflète le fait que les preuves présentées dans cette affaire ne pouvaient tenir face aux préjugés que comporte ce genre d'instruction".

J&J a réaffirmé que le talc qu'il commercialise ne contient pas d'amiante et ne provoque pas de cancer des ovaires, en faisant part de son intention de recourir "à toutes les procédures d'appel à sa disposition".

Plusieurs procès se sont déjà tenus pour les mêmes motifs et une cour d'appel de Los Angeles (Californie) avait notamment donné raison en octobre dernier à J&J en rejetant une condamnation de 417 millions de dollars de dommages et intérêts, estimant que les arguments de la plaignante étaient insuffisants et vagues.

Avec AFP

Première publication : 13/07/2018

  • SANTÉ

    La PrEP, un traitement préventif contre le VIH encore trop méconnu

    En savoir plus

  • FRANCE

    Santé : quatre cancers sur dix pourraient être évités

    En savoir plus

  • FRANCE

    Reste à charge zéro, retraites, dépendance : Macron dévoile ses pistes pour la protection sociale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)