Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie turque fragilisée par l'inflation et la chute de la monnaie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Salzbourg au centre la scène européenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Armée algérienne : le grand nettoyage?

En savoir plus

FRANCE

France : Édouard Philippe confirme la création d'un parquet national antiterroriste

© Gérard Julien, AFP | Édouard Philippe a dévoilé au siège de la DGSI à Levalllois-Perret son plan d'action contre le terrorisme vendredi 13 juillet.

Vidéo par Karim HAKIKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2018

Le Premier ministre français a dévoilé vendredi un nouveau plan de lutte contre le terrorisme. Il a notamment confirmé la création d'un parquet national antiterroriste.

Édouard Philippe a dévoilé vendredi 13 juillet un nouveau plan de lutte contre le terrorisme. Selon lui, la menace reste forte malgré toutes les mesures prises après les attentats de 2015.

Le chef du gouvernement a confirmé vendredi la création d'un parquet national antiterroriste pour faire face à la menace terroriste en France, en dépit des critiques de nombreux magistrats.

La lutte antiterroriste était jusque-là confiée à une section du parquet de Paris. Mais "nous considérons ensemble qu'il est désormais nécessaire de permettre à un procureur de se consacrer à temps plein à la lutte antiterroriste", a estimé le Premier ministre lors d'un discours au siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

"La menace d'inspiration islamiste demeure particulièrement élevée", a-t-il dit, rappelant que 25 attentats avaient été déjoués depuis janvier 2017.

L'éclairage de notre envoyé spécial, Karim Hakiki

Une unité de suivi des détenus sortant de prison

Le Premier ministre a également annoncé la création d'une unité de suivi des personnes sortant de prison susceptibles de représenter une menace, au sein de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat).

"Nous devons nous préparer à faire face à un nouveau défi : celui des détenus terroristes et de la radicalisation en milieu carcéral", a-t-il ajouté.

Selon lui, les prisons françaises comptaient au 1er juin 506 personnes détenues pour actes de terrorisme et 1 109 prisonniers de droit commun identifiés comme radicalisés. D'ici fin 2019, 450 d’entre eux devraient être libérés, a-t-il précisé.

Pour renforcer l’exécution des peines anti-terroristes, un service spécifique dirigé par un premier vice-président et composé de trois magistrats sera également notamment créé.

Une "cellule de profilage" des auteurs d’attaques terroristes et d’identification des facteurs de passage à l’acte sera constituée. L'objectif est de "dégager des critères objectifs de dangerosité chez les individus radicalisés et d’éclairer les processus sous-tendant le basculement", précise Matignon.

Pour approfondir la formation des magistrats à la lutte anti-terroriste, l'École nationale de la magistrature accueillera à partir de novembre un nouveau cycle de formation spécialisé.

Avec Reuters

Première publication : 13/07/2018

  • FRANCE

    Gérard Collomb et Édouard Philippe pressent les responsables musulmans d'agir

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Premier ministre français annule son déplacement en Israël et dans les Territoires palestiniens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Grève à la SNCF : CGT et CFDT inflexibles malgré la rencontre avec Philippe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)