Accéder au contenu principal

Après vingt ans, l'Érythrée rouvre son ambassade en Éthiopie

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et le président Eythréen Isaias Afwerki lors de la cérémonie de réouverture de l’ambassade d’Erythrée en Ethiopie le 21 juillet, 2018.
Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et le président Eythréen Isaias Afwerki lors de la cérémonie de réouverture de l’ambassade d’Erythrée en Ethiopie le 21 juillet, 2018. Michael Tewelde, AFP

L’Érythrée a rouvert lundi son ambassade à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, fermée depuis 1998, en raison de l'hostilité entre les deux pays liée à un conflit territorial.

PUBLICITÉ

Il fallait à la visite historique d'Issaias Afeworki en Éthiopie une conclusion symbolique. Avant de repartir pour Asmara, le président érythréen a rouvert l'ambassade de son pays à Addis-Abeba, fermée depuis vingt ans après la rupture des relations diplomatiques entre les deux voisins de la corne de l'Afrique.

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et le président érythréen, Issaias Afwerki, étaient présents lors de la cérémonie de réouverture, qui a mis fin à trois jours d'une visite officielle du chef de l'État érythréen, destinée à consolider la fin des hostilités. Le 9 juillet, les deux pays ont signé, à Asmara, une "déclaration conjointe de paix et de coopération" mettant fin à deux décennies d'état de guerre entre eux.

Les images de la télévision publique éthiopienne EBC ont montré Issaias Afwerki hissant le drapeau érythréen et acceptant des mains de Abiy Ahmed les clés du bâtiment, situé dans le centre de la capitale éthiopienne. L'endroit est encore rempli de vieux meubles couverts de poussière, auxquels personne n'a apparemment touché depuis des années.

EBC a rapporté que le chef de l'État érythréen avait quitté Addis Abeba pour rentrer à Asmara, sitôt après l'inauguration de l'ambassade.

L'Éthiopie et l'Érythrée avaient expulsé leurs diplomates respectifs au début de la guerre qui les a opposées entre 1998 et 2000 et a fait quelque 80 000 morts. Le refus éthiopien d'appliquer la décision, en 2002, de la commission de l'ONU chargée d'établir le tracé de la frontière entre les deux pays, notamment à Badmé.

En juin, M. Abiy, jeune Premier ministre réformateur nommé en avril, avait annoncé la volonté de l'Éthiopie d'appliquer l'accord de paix signé en 2000 à Alger avec l'Érythrée, ainsi que celles de la commission de démarcation de la frontière.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.