Accéder au contenu principal

Le terroriste Djamel Beghal expulsé vers l'Algérie

Un croquis de Djamel Beghal à la Cour d'appel de Paris, le 7 octobre 2014.
Un croquis de Djamel Beghal à la Cour d'appel de Paris, le 7 octobre 2014. Benoit Peyrucq, AFP

Figure connue de l'islamisme radical en France, Djamel Beghal, le mentor des deux auteurs des attentats de janvier 2015, Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, a été expulsé en Algérie, après avoir purgé 17 ans de prison en France.

Publicité

L'islamiste Djamel Beghal, figure de l’islam radical considérée comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amedy Coulibaly – deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris –, a été expulsé lundi 16 juillet vers l'Algérie après sa sortie d'une prison française.  Il comparaîtra de nouveau devant la justice de son pays, a rapporté l'agence APS, citant "une source proche du dossier".

Cet Algérien de 52 ans, déchu de la nationalité française, a quitté la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes "vers 05h30 en vue d'être reconduit à la frontière", selon une source syndicale. Il a décollé peu après 10h30 de l'aéroport de Roissy en direction d'Alger, ont indiqué des sources proches du dossier.

Une référence pour des générations de jihadistes

Dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990, Djamel Beghal a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste. Djamel Beghal aura effectué au total près de 17 ans de détention dans les geôles françaises. Il est devenu une référence pour trois générations d'apprentis jihadistes.

À Vezin-le-Coquet, en Bretagne, il terminait de purger sa seconde peine de dix ans de prison pour un projet d'évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA) condamné à perpétuité pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en 1995 à Paris.

Les autorités françaises, qui souhaitaient le voir retourner en Algérie, discutaient depuis plusieurs semaines avec Alger des conditions de son retour dans son pays natal qu'il avait quitté à l'âge de 21 ans pour venir en France.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.