Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Brexit : le coût économique de l'incertitude

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"L'Italie, Salvini et le fantôme fasciste"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Remaniement: "Et la montagne accoucha d'une souris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

FRANCE

Le tribunal administratif rejette les recours formés par des victimes du 13-Novembre

© Dominique Faget, AFP | Un policier près du Bataclan, le 13 novembre 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2018

Les recours des victimes des attentats du 13-Novembre contre les services de renseignement et les services chargés d’assurer la sécurité du territoire national ont été rejetés mercredi par le tribunal administratif de Paris.

Le tribunal administratif de Paris a rejetté mercredi 18 juillet les recours déposés par une trentaine de victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris concernant les "défaillances" de l'État. Celles-ci dénoncaient notamment la non-intervention des soldats Sentinelle au Bataclan.

"Les éléments produits par les requérants ne permettent pas d’établir que, dans le contexte d’absence de contrôle aux frontières intérieures de l’espace Schengen, l’État aurait engagé sa responsabilité du fait d’un défaut de surveillance des individus en cause à l’origine des attentats du 13 novembre 2015", peut-on lire dans le communiqué du tribunal.

"Il relève également que si les services renseignement français avaient été informés de façon indirecte par des services étrangers d’un projet éventuel d’attentat contre la salle de spectacle du Bataclan en 2009, la réalité d’un tel projet n’a pu être établie", note également le tribunal qui ajoute "qu'aucune faute ne peut être imputée aux services de police pour n’avoir pas mis en œuvre un dispositif de sécurité particulier autour de la salle de spectacle du Bataclan après le mois d’août 2015".

>> À (re)lire : "Au Bataclan, les soldats de Sentinelle n’ont fait qu’obéir aux ordres"

Les requérants estimaient que les services de renseignement et les services chargés d’assurer la sécurité du territoire national avaient commis des fautes dans l’exercice de leurs missions et demandaient la condamnation de l’État à les indemniser de leurs préjudices.

« Pas une fatalité »

"Le 13-Novembre n'était pas une fatalité", avait ainsi affirmé lors de l'audience du 4 juillet Me Samia Maktouf, avocate de victimes et familles des victimes des attentats à Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts au total et des centaines de blessés. À l'origine du recours, elle avait énuméré les "dysfonctionnements liés au défaut de surveillance et de vigilance des services de sécurité de l'État français", et la circulation des jihadistes au sein de l'espace Schengen.

La réaction de l'avocate Samia Maktouf

L'avocate avait également reproché la non-intervention des soldats de l'opération Sentinelle, qui ont reçu "instruction de ne pas pénétrer dans une salle où une scène de guerre se déroulait". Depuis trois ans, certaines victimes et familles de victimes s'indignent que des militaires de Sentinelle, une force créée après les attentats de janvier 2015, présents près de la salle où 90 personnes ont été tuées, n'aient pas eu le droit d'intervenir. Une plainte au pénal a d'ailleurs été déposée le 8 juin pour "non-assistance à personne en péril".

Avec AFP

Première publication : 18/07/2018

  • FRANCE

    Des victimes du 13-Novembre déposent un recours contre l'État

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un homme arrêté après avoir attaqué un militaire à l'arme blanche à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Antiterrorisme : "Le dispositif Sentinelle est nécessairement imparfait"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)