Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

Moyen-Orient

Israël : la Knesset adopte une loi controversée sur "l’État-nation du peuple juif"

© Ronen Zvulun, AFP | Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou à Jérusalem, le 15 juillet 2018.

Vidéo par Perrine KETELS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2018

Les députés israéliens ont approuvé, jeudi, un projet de loi controversé qui ne reconnaît le droit à l'autodétermination qu'aux juifs. Le texte retire par ailleurs à la langue arabe son statut officiel aux côtés de l'hébreu.

"Israël est l’État-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l’autodétermination." Tel est le contenu d’un projet de loi adopté, jeudi 19 juillet, à la Knesset par 62 voix contre 55 et deux abstentions. "C'est un moment décisif dans les annales du sionisme et de l'histoire de l'État d'Israël", s'est félicité le Premier ministre, Benjamin Netanyahou.

Plusieurs députés arabes ont en revanche bruyamment exprimé leur indignation après le vote de ce texte qui ne reconnaît le droit à l'autodétermination qu'aux juifs. La loi, symboliquement promulguée juste après le 70e anniversaire de la naissance de l'État d'Israël, retire par ailleurs à l'arabe son statut de langue officielle aux côtés de l'hébreu, pour le remplacer par un "statut spécial" qui autorise la poursuite de son utilisation dans l'administration.

"La mort de la démocratie"

Les détracteurs du texte jugeaient les premières moutures encore plus discriminatoires à l'égard des Arabes israéliens, qui représentent 20 % de la population. Plusieurs clauses, contestées notamment par le président et le procureur général, ont été retirées à la dernière minute. L'une proposait d'autoriser la création d'implantations exclusivement juives et une autre recommandait aux tribunaux de s'appuyer sur la loi religieuse en l'absence de jurisprudence.

Reformulée de façon plus vague, la première stipule désormais : "L'État considère le développement d'implantations juives comme une valeur nationale et fera en sorte de l'encourager et de le promouvoir."

"J'annonce avec stupéfaction et tristesse la mort de la démocratie", s'est indigné le député arabe Ahmed Tibi.

"Nous continuerons à garantir le respect des droits civiques dans la démocratie israélienne, mais la majorité a aussi des droits et la majorité décide. Une majorité absolue veut garantir le caractère juif de notre État pour les générations à venir", avait de son côté justifié, la semaine dernière, le Premier ministre.

Avec Reuters

Première publication : 19/07/2018

  • EXPRESS ORIENT

    Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Le gouvernement polonais va amender la loi controversée sur la Shoah

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Israël : l'épouse de Benjamin Netanyahou mise en examen pour "fraude"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)