Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

Amériques

Nicaragua : "Dans la ville rebelle de Masaya, la terreur a vidé les rues"

© Marvin Recinos, AFP | Des paramilitaires dans le quartier de Monimbo, à Masaya, au Nicaragua, le 18 juillet 2018.

Vidéo par Laurence CUVILLIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2018

Des paramilitaires nicaraguayens ont repris mercredi Masaya, épicentre de la contestation qui dure depuis trois mois contre le président Ortega. Notre correspondante dans la région décrit un quartier terrifié par cette chasse aux insurgés.

Au terme de violents affrontements, les forces fidèles au président du Nicaragua, Daniel Ortega, ont repris fermement, mercredi 19 juillet, le contrôle de la ville de Masaya, bastion de l'opposition, s'attirant les condamnations de la communauté internationale. La correspondante de France 24, Laurence Cuvillier, en contact avec des habitants de Masaya, décrit une ville terrifiée.

"La terreur a vidé les rues de la ville. Selon plusieurs témoignages, les groupes paramilitaires ont instauré une véritable chasse aux insurgés, maison par maison" explique-t-elle. "Il y aurait eu plusieurs cas de torture pour forcer les habitants à dénoncer ceux qui ont tenu tête au régime ortéguiste sur les barricades depuis avril dernier".

Selon une ONG, quelque 200 habitants de Masaya ont dû fuir la ville mercredi, poursuivis par les forces progouvernementales. "En ce moment, ces personnes qui s'étaient réfugiées [dans les environs de Masaya] sont en train d'être pourchassées par la police et les paramilitaires qui utilisent des chiens pour les traquer", a déclaré le dirigeant de l'Association nicaraguayenne des droits de l'Homme (ANPDH) Alvaro Leiva.

>> À lire : Le couple Ortega-Murillo, de la révolution sandiniste aux dérives dictatoriales

Durant plusieurs heures mardi, les habitants du quartier indigène de Monimbo ont tenté de résister derrière leurs abris avec des pierres et des mortiers artisanaux.

Le bilan des affrontements à Masaya, ville de 100 000 habitants située à une trentaine de kilomètres de la capitale Managua était loin d'être clair. Le Centre nicaraguayen des droits de l'Homme (Cenidh) faisait était de deux morts, tandis que le gouvernement ne parlait que d'un policier tué. Une habitante a assuré à l'AFP qu'il s'agissait d'un "massacre", alors que, selon un paramilitaire, personne n'a été tué.

Une "victoire sur les forces diaboliques"

Le couple Ortega s’est félicité de la reprise de ce bastion d’opposition. "Nous proclamons notre victoire, notre avance sur ces forces obscures, diaboliques, qui pendant trois mois ont frappé et confisqué la paix", a déclaré aux médias officiels Rosario Murillo, vice-présidente du Nicaragua et épouse de Daniel Ortega.

Un mouvement de protestation, dont les étudiants sont le fer de lance, a été lancé le 18 avril contre le gouvernement de Daniel Ortega, un ex-guérillero de 72 ans, à la tête du Nicaragua depuis 2007 après l'avoir déjà dirigé de 1979 à 1990.

Il est accusé d'avoir mis en place avec son épouse Rosario Murillo, une "dictature" marquée par la corruption et le népotisme. Ses adversaires demandent des élections anticipées ou son départ.

L'incursion à Masaya, qui intervient deux jours avant le 39e anniversaire de la révolution sandiniste, est un pied de nez à la communauté internationale, qui a intensifié ces derniers jours les appels à la fin de la répression.

Avec AFP

Première publication : 19/07/2018

  • NICARAGUA

    Nicaragua : le couple Ortega-Murillo, de la révolution sandiniste aux dérives dictatoriales

    En savoir plus

  • NICARAGUA

    Nicaragua : la police a pris le contrôle du quartier rebelle de Masaya

    En savoir plus

  • NICARAGUA

    Nicaragua : la pression diplomatique s'accentue sur Ortega

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)