Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

"Tolérance zéro" contre l'antisémitisme, promet Orban en Israël

© POOL/AFP | Le Premier ministre hongrois Viktor Orban (G) et son homologue israélien Benjamin Netanyahu (D) se serrent la main après des déclarations à Jérusalem le 19 juillet 2018

JÉRUSALEM (AFP) - 

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a prôné la "tolérance zéro" contre l'antisémitisme jeudi, au début de sa visite officielle en Israël qui a suscité la controverse.

M. Orban avait en effet été accusé d'avoir attisé l'antisémitisme dans son pays lors de la campagne lancée contre le milliardaire juif américain d'origine hongroise George Soros.

Le dirigeant hongrois et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont justifié l'alliance de leurs deux pays par un "socle patriotique" commun, malgré les critiques que soulève ce rapprochement en Israël.

"La Hongrie a une politique de tolérance zéro envers l'antisémitisme", a insisté M. Orban, avant son entretien avec M. Netanyahu, qui a salué notamment les millions de dollars investis par la Hongrie dans la rénovation de synagogues.

M. Netanyahu s'est rapproché des pays du groupe surnommé Visegrad (la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République Tchèque), dont les positions nationalistes irritent les autres pays de l'Union européenne.

Ce rapprochement diplomatique s'est notamment traduit en décembre par l'abstention de la Hongrie lors du vote à l'ONU qui a condamné la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Avec la République tchèque et la Roumanie, la Hongrie a également bloqué en mai une déclaration de l'UE critiquant la décision du président américain Donald Trump de déménager l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem.

Pour une grande partie de la communauté internationale, Jérusalem-Est reste territoire occupé et les ambassades ne doivent pas s'installer dans la ville tant que le statut n'a pas été réglé par la négociation entre les deux parties.

"Vous avez défendu Israël à de nombreuses reprises dans les forums internationaux. Nous vous en sommes reconnaissants", a souligné M. Netanyahu.

M. Orban est arrivé mercredi soir en Israël, où il doit s'entretenir avec le président Reuven Rivlin, se rendre à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, et rencontrer l'un des deux grands rabbins.

Il se rendra également au Mur des Lamentations à Jérusalem-Est annexée et occupée. Mais, contrairement au protocole ordinaire des dirigeants européens en visite dans la région, aucun entretien n'est prévu avec des responsables palestiniens en Cisjordanie occupée.

Seul son Premier ministre adjoint, Zsolt Semjen, visitera l'église de la Nativité à Bethléem, sous contrôle de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée.

Lors de la première visite en Hongrie depuis la chute du communisme en 1989 d'un chef de gouvernement israélien l'an dernier, M. Netanyahu avait dénoncé les exigences "absolument folles" de l'Union européenne concernant l'occupation israélienne en Cisjordanie, lors d'une conversation privée enregistrée.

© 2018 AFP