Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

Transports propres: les zones les plus polluées de France devront s'engager d'ici 2020

© AFP/Archives | La ville de Lyon touchée par un épisode de pollution de l'air, le 23 janvier 2017

PARIS (AFP) - 

Le gouvernement veut signer à la rentrée des engagements avec les quatorze territoires les plus pollués de France pour qu'ils restreignent d'ici 2020 la circulation des véhicules les plus polluants.

La création de ces zones à faibles émissions (ZFE) fait partie d'une salve de mesures en faveur de la mobilité propre que les ministres de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et des Transports, Elisabeth Borne, doivent dévoiler vendredi.

Dans ces zones très polluées (dont Grenoble, Marseille-Aix, Toulon, Nice, Lyon ou Strasbourg), qui ont conduit l'Europe à renvoyer la France devant la justice européenne, les collectivités devront restreindre la circulation de certains types de véhicules (vieux diesel, poids lourds). Elles auront une certaine souplesse sur les limites géographiques, les places horaires, les types de véhicules concernés, en fonction des spécificités locales.

Le gouvernement s'engage lui à mettre en place les conditions (contrôle automatique des plaques, etc.) pour rendre ces zones viables, car si les collectivités peuvent créer ces zones depuis 2015, seules Grenoble et Paris ont franchi le pas.

Parmi les autres mesures annoncées vendredi, d'autres visent à accélérer le verdissement des transports.

Le système de bonus/malus appliqué à l'achat d'un véhicule neuf en fonction de ses émissions de CO2 va encore être renforcé, avec une nouvelle baisse l'an prochain du seuil à partir duquel le malus s'applique. Et il diminuera encore les années suivantes.

Le bonus sera lui aussi ajusté, mais dans une proportion encore non précisée.

Le soutien à l'achat de poids lourds moins polluants alimentés au gaz naturel sera prolongé jusqu'en 2021, ouvert aux véhicules électriques et hydrogène, et augmenté pour les petits poids lourds, qui sont surtout présents dans les centres-villes.

Enfin, pour les véhicules électriques, le gouvernement va soutenir le développement des infrastructures de recharge, notamment via une plus grande prise en charge du coût de raccordement des bornes au réseau électrique et des exonérations pour les entreprises qui proposent une recharge gratuite à leurs salariés.

Le gouvernement veut aussi favoriser les alternatives au transport individuel.

Pour développer le covoiturage, les collectivités qui le souhaitent pourront créer des voies réservées. Des mesures seront prises pour que les employeurs puissent prendre en charge une partie des frais de transport des salariés qui font du covoiturage pour se rendre sur leur lieu de travail, même si le ministère de la Transition écologique ne précise ni le calendrier ni le montant de cette aide.

Il faudra en revanche attendre encore un peu les mesures de soutien au vélo. Elles seront annoncées à la rentrée, avant le 15 septembre.

© 2018 AFP