Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "Posséder le corps de l'autre était un droit des colons"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

Asie - pacifique

Corée du Sud : l'ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires

© Jung Yeonj-je, AFP | L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye lors de son procès à Séoul, le 7 août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/07/2018

L'ex-présidente coréenne Park Geun-hye, qui a déjà été condamnée à 24 ans de réclusion pour des faits de corruption, a écopé, vendredi, de huit années supplémentaires pour détournement de fonds publics et ingérence dans le processus électoral.

L'ex-présidente de Corée du Sud Park Geun-hye, âgée de 66 ans, a été condamnée, vendredi 20 juillet, à huit années supplémentaires de détention. Elle a été reconnue coupable par la justice sud-coréenne de la perte de fonds publics et d'ingérence dans le processus des élections législatives de 2016.

Park Geun-hye, qui a déjà été condamnée à une peine de 24 ans de réclusion pour des faits de corruption distincts, a, avec la complicité d'ex-collaborateurs, détourné 30 milliards de wons (22,71 millions d'euros) de fonds des services de renseignement nationaux (NIS), a conclu le tribunal de district central de Séoul.

La peine de 24 ans et celle de huit ans ne peuvent être confondues.

>> À lire  : "Derrière la chute de la présidente sud-coréenne, sa vieille amie Choi Soon-sil"

La somme qui a été détournée provenait d'un "fonds réservé aux activités spéciales" alloué au NIS à raison de quatre milliards de wons par an. Ces fonds ne pouvaient faire l'objet d'audits de l'État pas plus que de rapports parlementaires. Deux des trois ex-directeurs du NIS impliqués dans l'affaire ont été condamnés à des peines de trois ans et demi de prison en juin, et le troisième a écopé de trois ans de réclusion.

L'ex-présidente, qui a été destituée en 2017 et arrêtée, a aussi été reconnue coupable, vendredi, d'ingérence dans la sélection des candidats aux législatives du parti au pouvoir en 2016, ce qui outrepassait ses prérogatives.

Park Geun-hye dément toute malversation et n'était pas présente au tribunal. Elle a déjà été reconnue coupable, en avril, d'accusations de pots-de-vin, d'abus de fonction et de coercition.

Les procureurs avaient requis une peine de 15 ans et une amende de 80 milliards de wons (60,5 millions d'euros) à l'encontre de Park Geun-hye.

Avec Reuters

Première publication : 20/07/2018

  • CORÉE DU SUD

    L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye condamnée à 24 ans de prison pour corruption

    En savoir plus

  • CORÉES

    La Corée du Sud dépêche une délégation au Nord pour mener des "discussions intensives"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Élections en RD Congo : la Corée du Sud met en garde contre la "machine à voter"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)