Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

Rachats de festivals: une mission chargée d'identifier les "mauvais joueurs"

© AFP/Archives | La ministre de la Culture Françoise Nyssen à Paris le 27 juin 2018

CARHAIX-PLOUGUER (FRANCE) (AFP) - 

Une mission interministérielle va étudier les rachats de festivals de musique par des grands groupes et les risques que fait peser la concentration du secteur sur l'offre culturelle, et elle devra identifier les "mauvais joueurs", a annoncé vendredi la ministre de la Culture, Françoise Nyssen à Carhaix (Finistère).

En déplacement au festival des Vieilles Charrues, dont le directeur avait récemment tiré la sonnette d'alarme sur le risque d'un abus de position dominante dans le secteur, la ministre a annoncé la création d'une mission dédiée et le lancement d'une "charte des festivals", sorte de "code de bonne conduite".

"Depuis quelques années, on assiste à des rachats de festivals par des grands groupes, ce qui a pour conséquence la hausse en cascade des cachets des artistes, que les petits festivals indépendants ne peuvent plus assumer, et ce qui entraîne des risques de captation du public, d'uniformisation de l'offre artistique", a-t-elle reconnu.

La mission aura pour triple objectif de "prendre la mesure du phénomène", d'"identifier les mauvais joueurs éventuels, repérer les pratiques qui sortiraient du cadre des règles normales de la concurrence" et de "faire émerger des pistes d'action", a déclaré la ministre, assurant que "des mesures seront prises" même si l'Etat "n'interviendra pas dans les relations commerciales".

En attendant, une "charte des festivals" sera diffusée aux organisateurs, élus, bénévoles et artistes, pour "soutenir les festivals qui sont +exemplaires+ (...)", a-t-elle indiqué, soulignant qu'en la matière, les Vieilles Charrues étaient un "modèle de réussite".

Cette charte stipule notamment que "le soutien public n'a pas de justification pour les festivals qui s'inscrivent pour l'essentiel dans une logique de profit (...), notamment lorsqu'ils sont adossés à des groupes (...) disposant de moyens puissants".

Françoise Nyssen a par ailleurs rappelé la nomination en avril d'un référent pour les festivals, l'inspecteur général des affaires culturelles Serge Kancel, qui a dressé "un panorama" des festivals de France.

Outre la concentration, la ministre a cité le défi de la "variation des subventions publiques", à propos duquel Serge Kancel devra rédiger une circulaire "définissant précisément les conditions de soutien public".

Sur les frais de sécurité, Mme Nyssen a assuré que les services du ministère en région "se rapprocheront des préfets pour étudier la situation à la moindre complication".

© 2018 AFP