Accéder au contenu principal

États-Unis - UE : Juncker et Trump désamorcent le conflit commercial

Jean-Claude Juncker et Donald Trump à la Maison Blanche, le 25 juillet 2018.
Jean-Claude Juncker et Donald Trump à la Maison Blanche, le 25 juillet 2018. Saul Loeb, AFP

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président américain Donald Trump ont annoncé mercredi s'être accordés pour aller vers une suppression des tarifs douaniers hors automobile, après des mois de tensions commerciales.

PUBLICITÉ

Après des mois de conflit commercial entre Washington et Bruxelles, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président américain Donald Trump ont annoncé, à l'issue d'une rencontre à Washington mercredi 25 juillet, s'être entendus sur les questions de tarifs douaniers.

"Nous sommes parvenus à un accord aujourd'hui", a assuré Jean-Claude Juncker, qui a souligné la volonté de l'UE d'augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des États-Unis afin de diversifier ses approvisionnements en énergie. Donald Trump a de son côté précisé que les deux parties voulaient aller vers "zéro tarifs douaniers" dans leurs échanges industriels, exception faite du secteur automobile.

"Nouvelle phase"

L'UE va augmenter "presque immédiatement" ses importations de soja en provenance des États-Unis, s'est aussi félicité le président républicain tout en promettant de revoir la question des tarifs douaniers américains sur l'acier et l'aluminium européen.

Donald Trump, qui a annoncé la mise en place "immédiate" d'un groupe de travail, a aussi estimé que les relations entre Washington et Bruxelles entraient dans "une nouvelle phase".

"Nous allons également travailler à la diminution des obstacles et à l'augmentation du commerce dans les services, la chimie, la pharmacie, les équipements médicaux, ainsi que dans le soja", a-t-il ajouté, parlant d’un "grand jour".

Le milliardaire républicain a par ailleurs annoncé que les États-Unis et l'Union européenne allaient travailler de concert afin de réformer l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), évoquant en particulier, la Chine dans le viseur, le vol de propriété intellectuelle et le transfert forcé de technologies.

"Percée"

Le ministre allemand de l'Économie, Peter Altmaier, a immédiatement salué sur Twitter cette "percée" qui "peut éviter une guerre commerciale et sauver des millions d'emplois".

"L'économie mondiale tire avantage lorsque les pays s'engagent de manière constructive à résoudre leurs désaccords commerciaux sans avoir recours à des mesures exceptionnelles", a pour sa part réagi Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) qui met en garde depuis des mois contre le protectionnisme, qui peut faire dérailler la croissance mondiale.

Au début du tête-à-tête dans le Bureau ovale, Jean-Claude Juncker avait insisté sur le fait que les États-Unis et l'UE, qui représentent la moitié du commerce mondial, étaient des "partenaires proches", des "alliés", pas des "ennemis". Dans la soirée, Donald Trump a, quant à lui, publié sur Twitter une photo des deux hommes s'embrassant, assurant que "de toute évidence", l'UE et les ÉEtats-Unis "s'aim[ai]ent".

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.