Accéder au contenu principal

Le bureau d'Alexandre Benalla à l'Élysée perquisitionné

Ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla a été mis en examen dimanche 22 juillet.
Ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla a été mis en examen dimanche 22 juillet. AFP

Mercredi 25 juillet en fin de journée, le bureau d'Alexandre Benalla à l'Élysée était perquisitionné en sa présence. L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron a été mis en examen après des violences perpétrées sur des manifestants le 1er mai.

Publicité

Le bureau d'Alexandre Benalla au Palais de l'Élysée a été perquisitionné, mercredi 25 juillet, en présence de l'intéressé. Les enquêteurs sont restés plusieurs heures dans le bureau d'Alexandre Benalla. Ils en sont sortis vers 20h.

Ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, de même qu'un employé de La République en marche (LREM), Vincent Crase, ont été mis en examen dimanche, notamment pour "violences en réunion", après avoir été filmés en train de frapper des manifestants le 1er mai à Paris.

À plus de 800 km du palais, le président de la République a quant à lui participé à un "dîner républicain" à Bonnemazon (Hautes-Pyrénées), en compagnie d'une quinzaine d'élus, dont François Bayrou, et du directeur du Tour de France, Christian Prudhomme. "On n'a parlé que des Hautes-Pyrénées", a commenté à la sortie Michel Pelieu, le président du Conseil départemental.

Stratégie offensive envers les journalistes

Lors d'un bain de foule improvisé à Bagnères-de-Bigorre mercredi en début de soirée, non loin du lieu de son dîner, le président a confirmé suivre une stratégie offensive en invectivant des journalistes de BFMTV et CNEWS : "Vous avez dit ces derniers jours beaucoup de bêtises sur soi-disant des salaires, des avantages. Tout cela était faux".

"J'ai vu ces derniers jours beaucoup de gens perdre la raison avec des réactions disproportionnées et avec une violence...", a regretté M. Macron, fustigeant la recherche "d'un procès politique sur la base d'une affaire qui est triste mais qui est l'affaire d'un homme". "Je suis fier de l'avoir embauché à l'Élysée", a souligné le président de la République "parce que c'était quelqu'un qui était dévoué et qui avait un parcours différent […]".

Après les Hautes-Pyrénées, Emmanuel Macron est attendu jeudi et vendredi en Espagne et au Portugal, pour un déplacement pendant lequel il sera question d'énergie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.